Actualités

15 juillet 2004 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Une journaliste condamnée à deux mois de prison avec sursis


La cour municipale de Split (sud du pays) a condamné Ljubica Letinic, journaliste de la radio-télévision d'Etat et correspondante de Reporters sans frontières, à deux mois de prison avec sursis pour diffamation à l'encontre de Jozo Parcina, homme d'affaires local. Reporters sans frontières est profondément choquée par cette condamnation, contraire aux recommandations des Nations unies et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) selon lesquelles les délits de presse ne doivent pas être sanctionnés par des peines de prison. "Alors que la Croatie a obtenu le statut de candidat à l'Union européenne le mois dernier, cette sentence va à contre-courant des progrès effectués en matière de liberté de la presse depuis quelques années", a déclaré l'organisation. L'affaire doit maintenant être examinée par la cour d'appel de Split. Ljubica Letinic avait accusé Jozo Parcina de corruption lors d'un talk-show sur la première chaîne de télévision, le 18 mars 2002. Dans son rapport annuel 2004, Reporters sans frontières indique que les autorités croates, dans la perspective de l'intégration européenne, ont procédé à des réformes législatives importantes, mais souvent controversées dans le domaine des médias. Ainsi, la législation en matière de diffamation n'est toujours pas conforme aux standards européens et internationaux. La précédente peine de prison infligée pour un délit de presse remonte au 23 décembre 2002. Ivo Pukanic, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Nacional, avait été condamné à une peine de deux mois de prison avec sursis et un an de mise à l'épreuve pour menace verbale à l'encontre de Ivic Pasalic, ancien conseiller politique du président Tudjman.