Actualités

4 décembre 2017

Un triste record dans l’histoire de la presse au Canada qui entrave le pluralisme

CREDIT: THE GLOBE AND MAIL
Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète de l’accord passé entre deux des plus grands éditeurs de presse du Canada qui a conduit à la fermeture du plus grand nombre de journaux en une seule journée dans l’histoire du pays. Un record qui va entraîner un changement radical dans le paysage médiatique canadien.


Les éditeurs de presse Postmedia et Torstar ont décidé de se partager plus de quarante journaux locaux et, dans la foulée, d’arrêter la publication de la plupart d’entre eux dans des régions où ils étaient en compétition avec des publications déjà existantes.


Cet accord s’inscrit dans un projet de fusion des rédactions selon des bassins géographiques, dans le but de supprimer la compétition et donc le coût représenté par les encarts publicitaires. Il intervient aussi après une décision du gouvernement qui, dans le cadre d’une nouvelle politique culturelle, entend mettre un terme aux financements supplémentaires accordés jusque là aux organes de presse. Postmedia et Torsta ont tous deux déclaré que cet accord permettrait des réductions budgétaires. Toutefois, la fermeture de ces journaux va engendrer la suppression de près de 300 emplois et va priver des dizaines de communautés du droit d’accéder à des informations diversifiées.


“En supprimant plus de quarante médias indépendants, ce projet va entraîner un changement radical dans le paysage médiatique canadien et va sérieusement nuire au pluralisme de l’information, a déclaré Margaux Ewen, directrice du bureau Amérique du Nord de RSF. Cet accord prive trois petites villes d’un journal quotidien et laisse plusieurs communautés sans accès à des hebdomadaires. Alors que la liberté de la presse est actuellement menacée au Canada, il est primordial que des sources d’informations indépendantes et variées continuent d’exister de manière active et que les citoyens canadiens aient accès à des médias diversifiés.”


Le Canada est 22ème sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en 2017.