Actualités

16 juillet 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un quotidien indépendant censuré


L'édition du quotidien indépendant Al-Horreya, datée du 13 juillet, a été censurée par les services de sécurité au moment de son impression. "Cette mesure montre qu'en dépit de la levée, en décembre 2001 par le président soudanais, de la censure préalable, la pression du pouvoir sur la presse indépendante reste constante", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation dans une lettre au ministre de l'Intérieur, Abdel Rahim Mohamed Husein. "Nous demandons que ce type de sanctions arbitraires à l'encontre des journaux indépendants cesse", a-t-il ajouté. Dans la nuit du 12 au 13 juillet 2002, des membres des forces de sécurité se sont rendus à l'imprimerie du quotidien indépendant arabophone Al-Horreya (Liberté), de Khartoum. Selon Al-Haj Warraq, directeur du journal, des membres des services de sécurité ont confisqué "toutes les couvertures du numéro de samedi". "Ils n'ont fourni aucune explication à ce geste, tout en indiquant qu'ils ramèneraient ces pages, après examen. Mais à 8 heures du matin, celles-ci ne nous avaient pas été retournées", a-t-il précisé. Il a ainsi dû annuler la parution du numéro d'Al-Horreya, daté du 13 juillet. Cette sanction s'expliquerait par la présence d'un article qui rendait compte, de manière critique, de la récente dissidence au sein du principal parti nordiste d'opposition, El Oumma. Menée par Moubarak Al-Fadil Al-Mahdi, une faction a décidé, le 12 juillet, de faire alliance avec le gouvernement. Fondé en septembre 2001, le quotidien Al-Horreya compte au sein de sa rédaction plusieurs grandes figures du journalisme, comme Amal Abbas. Alors rédactrice en chef d'Al Raï Al Akhar, elle avait été condamnée, en février 2001, à trois mois de prison ou au versement d'une caution de 1.5 million de dinars soudanais (environ 6 400 euros) pour avoir publié un article accusant les autorités de dilapider les fonds publics. Faute de pouvoir payer cette somme, Amal Abbas avait été incarcérée à la prison d'Oum Dourman, à Khartoum. La carte du Soudan est extraite du site de la BBC