Actualités

6 octobre 2017

Un photoreporter retrouvé mort un jour après son enlèvement dans le centre du Mexique

Le jeune photoreporter mexicain Edgar Daniel Esqueda Castro a été enlevé le 5 octobre 2017 dans l’Etat de San Luis Potosi, dans le centre du Mexique. Son corps a été retrouvé ce matin, un jour après son enlèvement. Reporters sans frontières demande à la justice d’identifier au plus vite les responsables de ce crime odieux.

Le parquet fédéral spécialisé dans les atteintes à la liberté d’expression (FEADLE) et les collègues du journaliste ont confirmé à RSF que le corps de Edgar Daniel Esqueda Castro a été retrouvé ce matin à San Luis Potosí.


Le photographe et journaliste Edgar Daniel Esqueda Castro, âgé de 23 ans, a été enlevé dans le matin du 5 octobre 2017 dans la municipalité de San Luis Potosí, à 400 km au nord de Mexico (Etat de San Luis Potosi). Plusieurs hommes armés, se présentant comme des agents ministériels, ont fait irruption à son domicile et l’ont emmené de force, sans explication.


Contactée par RSF, l’épouse du journaliste a affirmé qu’ils étaient en train de dormir lorsque des inconnus sont entrés chez eux par effraction. “Ils se sont présentés comme des représentants officiels du gouvernement, ont attrapé Edgar par le cou et l’ont jeté par terre, tandis qu’ils pointaient une arme vers moi”.


“Reporters sans frontières demande à la justice d’identifier au plus vite les responsables de ce crime odieux et exhorte les autorités à garantir la sécurité de sa famille”, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine de l’organisation.


Edgar Daniel Esqueda Castro travaillait pour le journal Metropoli San Luis et le site Vox Populi de San Luis Potosi, spécialisé dans la rubrique criminelle. Il avait également collaboré pour les quotidiens locaux El Heraldo et Plan Informativo, et avait créé son propre média, Infórmate Potosino.


En juin 2017, alors qu’il couvrait une scène de crime, des policiers lui avaient confisqué sa caméra et obligé à supprimer ses images. Suite à cet épisode, Edgar avait porté plainte auprès de la Commission des Droits de l’Homme de l’état de San Luis Potosí (Comisión Estatal de Derechos Humanos en San Luis Potosí). Le Mécanisme national de protection avait pris connaissance du cas et avait contacté Edgar Daniel pour avoir plus d'informations sur sa situation de risque. Aucune mesure de protection lui avait été octroyée.


En 2017, le Mexique est classé au 147ème rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF.