Actualités

16 novembre 2017 - Mis à jour le 17 novembre 2017

Un mois après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia à Malte, RSF ne baisse pas la garde

Manifestation silencieuse à La Valette le 16 novembre / DR
Alors que les membres du Parlement européen ont adopté une résolution sur l'Etat de droit à Malte condamnant fermement l’assassinat de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia, Reporters sans frontières (RSF) réitère sa demande d’une enquête internationale indépendante afin que les auteurs du meurtre soient traduits en justice.

Un mois après la disparition de la blogueuse anticorruption maltaise, assassinée le 16 octobre, les hommages officiels et les condamnations continuent de se multiplier au niveau national et international, notamment de la part des institutions européennes, mais l'enquête n’a toujours pas débouché sur des résultats concrets.


Un mois après cet assassinat, notre détermination à connaître la vérité est intacte, et nous demandons une enquête internationale indépendante afin de traduire les commanditaires et les auteurs de cet acte odieux qui s’est produit au sein de l’Union européenne”, déclare Pauline Adès-Mével, responsable de la zone UE-Balkans de RSF qui assure par ailleurs que “le travail d'investigation de Daphne Caruana Galizia ne cessera pas avec sa disparition car d’autres journalistes s'attèleront après elle à dénoncer la corruption du gouvernement maltais.”


Dans la nuit de mercredi à jeudi, des banderoles jaunes frappées des derniers mots de Daphne “La situation est désespérée” ont été accrochées dans plusieurs rues de La Valette, la capitale maltaise, pour dire au monde que les journalistes et la société civile maltaise n’oubliaient pas. Une ONG locale a de son côté appelé à un rassemblement silencieux ce soir dans la capitale en mémoire de la journaliste.


Malte, que le Parlement européen a appelé mercredi 15 novembre à enquêter de manière approfondie sur le cas de Daphne Caruana Galizia et à assurer la sécurité des journalistes et des lanceurs d’alerte dans le pays, occupe actuellement la 47ème place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF).