Actualités

18 janvier 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un maire réquisitionne le bureau régional d'un quotidien national et empêche la distribution d'un article qui l'accuse de corruption


Dans des courriers adressés le 18 janvier 2002 au maire de Constanza, Nadu Mazare, au président du Parti démocrate roumain, Traian Basescu, et au Premier ministre, Adrian Nastase, Reporters sans frontières (RSF) s'est indignée des entraves faites à la distribution de l'édition du 16 janvier du quotidien national Jurnalul National, et de l'expulsion des journalistes, le 17 janvier, du bureau local du journal par des membres du Parti démocrate, suite à la publication d'un article incriminant le maire de Costantza, Nadu Mazare, dans des affaires de détournement de fonds publics. "L'attitude de Monsieur Nadu Mazare est inacceptable et ne doit pas rester sans réponse de la part des responsables d'un pays qui est membre du Conseil de l'Europe, et qui aspire à entrer dans l'Union européenne. De telles violations de la liberté de l'information doivent être clairement condamnées et sanctionnées", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation. "Nous demandons que soient rendus aux journalistes leurs locaux et leur matériel afin qu'ils puissent exercer à nouveau leur droit d'informer librement ", a ajouté M. Ménard. D'après les informations recueillies par RSF, la distribution de l'édition du 16 janvier 2002 du quotidien national Jurnalul National a été bloquée par Conpress, entreprise de distribution de la région de Constanza (située près du littoral de la mer Noire), appartenant en partie à Nadu Mazare, maire de la ville de Constantza et ancien membre du Parti démocrate. Le même jour, le maire et des hommes d'affaires proches de ses intérêts ont également racheté tous les exemplaires distribués par la société d'Etat Rodipet, dès leur sortie. Le numéro du 16 janvier contenait un article d'investigation révélant l'implication du maire dans des affaires de détournement de fonds publics. Conpress ayant considérablement réduit ses commandes de l'édition du 17 janvier, les journalistes de Jurnalul National ont procédé à une distribution gratuite du journal dans la rue, incluant à nouveau l'article incriminant Nadu Mazare. Le 17 janvier, aux environs de midi, les bureaux locaux du quotidien ont été envahis par les gardes d'une entreprise de sécurité privée proche du maire et par des responsables politiques du Parti démocrate. Les journalistes ont alors appris que le contrat de location des locaux, à l'origine valide jusqu'en 2004, était annulé, et que le bâtiment serait dorénavant occupé par le Parti démocrate. Les journalistes on été violemment expulsés, sans pouvoir récupérer ni leur matériel informatique, ni leurs documents de travail. La police n'est pas intervenue, malgré les appels de la rédactrice en chef, Ema Valentina Belet. L'édition du Jurnalul National datée du 18 janvier comptait quatre pages, dont trois blanches et une de garde, avec pour titre: "Edition censurée par le maire Mazare".