Actualités

25 octobre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste tué par une explosion suspecte dans son appartement


Reporters sans Frontières a exprimé sa vive inquiétude après la mort, dans des circonstances troublantes, de José Miranda Virgen, journaliste et vice-président du quotidien El Sur de Veracruz. "Il est indispensable qu'une enquête approfondie soit menée afin que toute la lumière soit faite sur les causes précises de la mort du journaliste", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Dans une lettre adressée à Santiago Creel Miranda, ministre de l'Intérieur, l'organisation a demandé qu'aucune piste ne soit écartée pour expliquer les causes de l'explosion ayant provoqué la mort du journaliste. Le 11 octobre 2002, à l'aube, José Miranda Virgen, journaliste et vice-président du quotidien El Sur de Veracruz, publié à Veracruz (Centre-Est) est grièvement blessé par une explosion survenue à son domicile. Le journaliste est décédé le 16 octobre des suites de ses blessures. Selon les autorités, l'explosion serait un accident provoqué par une fuite de gaz. Une explication mise en doute par la presse locale qui souligne que les dégâts les plus importants ont été constatés dans le salon alors que la fuite était dans la cuisine. Par ailleurs, Pablo Robles Barajas, directeur général d'El Sur de Veracruz, rappelle que José Miranda Virgen venait de publier une série d'articles sur les relations supposées entre des narcotrafiquants et certains policiers de l'Etat. Il a confié à Reporters sans frontières que le journal avait demandé une expertise indépendante sur l'explosion survenue dans l'appartement du journaliste.