Actualités

9 février 2016 - Mis à jour le 8 mars 2016

Un journaliste tué lors d’un meeting politique


Reporters sans frontières (RSF) est profondément choquée par la mort de El Hadj Mohamed Diallo, journaliste pour le site d’information Guinee7.com, tué par balle vendredi dernier alors qu’il couvrait des affrontements internes au principal parti d’opposition guinéen, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

El Hadj Mohamed Diallo journaliste pour le site d’information Guinee7.com a été abattu le 5 février alors qu’il couvrait l’assemblée générale du principal parti d’opposition guinéen, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Le journaliste a succombé à ses blessures peu de temps après avoir été admis à l’hôpital Donka. On ignore encore aujourd’hui d’où venait la balle, qui s’est logée dans sa poitrine. Les tirs ont été provoqués par des échauffourées entre partisans de Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et les supporters de Bah Oury, qui tentait de se rendre à la réunion malgré sa récente exclusion du parti.

“Reporters sans frontières déplore la mort de ce journaliste dans l’exercice de ses fonctions, déclare Clea Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF. Elle espère que l’enquête aboutira le plus rapidement possible à déterminer les responsabilités dans la mort de ce journaliste.”

Une enquête a été ouverte par les autorités et les associations de la presse guinéenne (AGUIPEL, URTELGUI, AGEPI, UPLG, REMIGUI) se sont constituées partie civile. Une journée sans presse a par ailleurs été annoncée pour le mardi 9 février, en signe de deuil.

Le principal parti d’opposition est en proie à des querelles internes depuis le retour en Guinée le 24 janvier dernier de Bah Oury, exilé en France pendant plus de quatre ans. Le numéro deux de l’UFDG avait été condamné à la perpétuité pour atteinte à la sûreté de l’Etat après une tentative de coup d’Etat en 2011, avant d’être gracié en décembre dernier par le président guinéen Alpha Condé.

La Guinée est 102ème sur 180 pays au Classement sur la liberté de la presse établi par RSF en 2015.

© Photo AFP