Actualités

4 novembre 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste-écrivain condamné à cinq mois de prison avec sursis pour diffamation


Un tribunal de Zagreb a condamné, le 2 novembre 2005, l'écrivain et journaliste Predrag Matvejevic à cinq mois de prison avec sursis pour diffamation, à la suite de la publication, le 10 novembre 2001, d'un article intitulé « Nos taliban », dans le quotidien Jutarnji list. Cette condamnation est assortie d'une période probatoire de deux ans. « C'est la troisième fois qu'un journaliste est condamné à une peine de prison pour délit de presse en Croatie depuis un an. Alors que les négociations d'adhésion du pays à l'Union européenne ont débuté, cette affaire prouve que la législation croate ne permet toujours pas aux journalistes d'exercer leur métier sans risquer des peines d'emprisonnement. Si la Croatie souhaite intégrer l'Union en 2007, Zagreb doit modifier au plus vite sa loi sur la presse», a déclaré Reporters sans frontières. Dans un article publié en 2001, Predrag Matvejevic avait ouvertement critiqué l'entourage politique de l'ancien président Franjo Tudjman et notamment les écrivains qui, dans les années 90, ont activement incité à la haine raciale entre Croates et Bosniaques. Le journaliste suggérait l'établissement d'un comité d'éthique pour juger le rôle de ces écrivains qu'il désigne sous le nom de « marionnettes politiques », « marchands de guerre » et « taliban». Il avait notamment cité Mile Pesorda qui avait engagé des poursuites pour diffamation.