Actualités

24 octobre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste d'investigation victime d'un attentat


Mark Grigorian, journaliste d'investigation et correspondant de Reporters sans frontières, a été attaqué à la grenade et grièvement blessé. Le journaliste lie cette agression à une enquête qu'il préparait sur un attentat sanglant perpétré contre le parlement arménien il y a trois ans. Reporters sans frontières s'est indignée de cette tentative d'assassinat.
Dans la nuit du 22 octobre 2002, Mark Grigorian, journaliste d'investigation, correspondant à Erevan de Reporters sans frontières et vice-directeur de l'Institut du Caucase pour les mass media, a été attaqué à la grenade dans une rue de la capitale et sérieusement blessé. Le journaliste attribue cet acte à des personnes hostiles à une enquête qu'il préparait sur un attentat sanglant perpétré contre le parlement arménien il y a trois ans. Reporters sans frontières s'est indignée de cette tentative d'assassinat. "Cette attaque d'une rare violence contre notre correspondant doit être considérée comme un acte visant à faire taire un journaliste d'investigation qui enquêtait sur un sujet d'intérêt national", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, dans un courrier adressé à Hayk Haroutiounian, ministre de l'Intérieur. "Nous vous demandons de tout mettre en œuvre pour que les auteurs de cette tentative d'assassinat soient traduits en justice et que soit prise en compte l'activité professionnelle de M. Grigorian dans les pistes envisagées", a ajouté M. Ménard. Ce dernier a également demandé au ministre de tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité des journalistes en Arménie. Mark Grigorian a déclaré que la grenade était "clairement dirigée contre lui" et qu'elle avait "explosé sous ses pieds". Le journaliste souffre de multiples blessures au poumon droit, à l'abdomen et aux jambes, mais ses jours ne seraient pas en danger. Il affirme ne pas avoir d'ennemis ni de problèmes financiers. Mais, selon lui, il est de notoriété publique qu'il travaillait sur une enquête consacrée au troisième anniversaire de l'attentat perpétré par un commando contre le parlement arménien le 27 octobre 1999. Une attaque qui avait fait huit morts parmi les principaux leaders politiques du pays, dont le chef du gouvernement, Vazguen Sarkissian et le président du Parlement, Karen Demirtchian.