Actualités

5 février 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste devant la justice militaire


Lire en arabe (بالعربية) Reporters sans frontières exprime sa plus vive inquiétude à la veille de la comparution du journaliste libanais, Rami Aysha, devant un tribunal militaire. Collaborateur pour de nombreux médias internationaux, parmi lesquels Time Magazine, Time, Spiegel Online et Global Post, le journaliste avait été arrêté le 30 août 2012 alors qu’il enquêtait sur le trafic d’armes dans la banlieue sud de Beyrouth. Il a été libéré le 27 septembre 2012 contre le versement d’une caution de 1 million de livres libanaises (environ 515 euros). Poursuivi pour “achat d’armes”, il risque jusqu’à trois ans de prison. Lire son témoignage sur son arrestation et sa détention, publié par Reporters sans frontières après sa libération. “Rami Aysha est journaliste. Ni trafiquant, ni acheteur d’armes. Reporters sans frontières demande au tribunal non seulement de se déclarer incompétent, mais également exige l’abandon des poursuites engagées contre Rami Aysha”, a déclaré Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières. Avant d’ajouter : “Aujourd’hui, les autorités libanaises doivent répondre de son arrestation arbitraire, de son maintien au secret et des mauvais traitements qu’il a subis. Une enquête doit être ouverte sur les exactions commises par la police, ses propres services de renseignements, ainsi que la police militaire. Les responsables doivent être sanctionnés”.