Actualités

6 mai 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste arrêté après sa convocation au palais de justice


Reporters sans frontières s’inquiète vivement de l’arrestation du secrétaire général de l'Union des journalistes tchadiens (UJT) et ancien journaliste de la Radiodiffusion nationale tchadienne, Eric Topona, le 6 mai 2013 à N’Djamena et des poursuites lancées à son encontre. Le journaliste a été transféré en prison après être présenté à 8 heures au palais de justice de la capitale pour une convocation. « L’arrestation et l’inculpation d’Eric Topona, qui a déjà été à plusieurs reprises inquiété pour ses activités journalistiques, sont inacceptables et constituent une violation flagrante de la liberté de l’information » a déclaré Reporters sans frontières. « Nous demandons aux autorités tchadiennes de procéder à sa remise en liberté immédiate et sans conditions ». Selon les informations collectées par RSF, Eric Topona a été convoqué par le juge d’instruction du 3ème cabinet pour une « affaire le concernant ». Le journaliste est actuellement détenu, sous mandat de dépôt, à la maison d’arrêt d’Amsinene dans la banlieue de N’Djamena. Il a été inculpé pour « atteinte à l’ordre constitutionnel ». Son arrestation intervient alors que le blogueur Jean Etienne Laokolé, est détenu depuis le 22 mars 2013. Les deux hommes ont contribué à la publication en ligne d’un citoyen tchadien en exil, Le blog de Makaïla, qui est très critique du gouvernement. Eric Topona a déjà fait l’objet, en 2012, de menaces que des médias locaux avaient alors attribué à des officiels. Le 24 juin 2012, à N’Djaména, le journaliste avait été renversé par une moto. Pour plus d’informations sur la liberté de la presse au Tchad