Actualités

3 janvier 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste américain enlevé fin novembre en Syrie : sa famille lance un appel


Lire en arabe (بالعربية) Reporters sans frontières appelle à la libération immédiate et inconditionnelle du journaliste américain James Foley, enlevé le 22 novembre à Taftanaz, une localité du nord-ouest de la Syrie, dans la province d’Idlib. D’après le site Global Post, l’un de ses employeurs, James Foley se dirigeait vers la frontière avec la Turquie quand son véhicule aurait été intercepté par des hommes armés. Ses proches sont sans nouvelles de lui et aucune revendication n’a été exprimée à ce jour. “Nous sommes très inquiets pour James Foley. Il doit être relâché au plus vite. C’est un journaliste professionnel, qui connaît bien les zones de conflit, et dont le travail a apporté un éclairage important et impartial sur la situation en Syrie” a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. La famille de James Foley, qui avait jusqu’ici décidé de garder le silence, a rendu l’information publique le 2 janvier 2013 en lançant une campagne appelant à sa libération. Le père du journaliste a lancé un appel à l’attention de ses ravisseurs : “Nous voulons que Jim soit en sécurité et rentre à la maison, ou au moins que nous puissions lui parler pour savoir s’il va bien. S’il vous plaît, contactez-nous afin que nous puissions travailler ensemble à sa libération”. James Foley collaborait avec plusieurs médias dont l’Agence France-Presse qui a exprimé son soutien et sa solidarité avec ses proches. “Nous multiplions les contacts et nous prenons toutes les mesures pouvant aider à sa libération", a déclaré Emmanuel Hoog, le Président-Directeur Général de l'AFP. Les enlèvements et disparitions de journalistes se sont multipliés ces derniers mois en Syrie. Le journaliste américain Austin Tice est porté disparu depuis le 13 août 2012.