Actualités

8 juillet 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un deuxième journaliste assassiné en l'espace de huit mois


Bapuwa Mwamba, journaliste indépendant, a été tué par balle, le 8 juillet 2006, par un groupe d'hommes armés, à son domicile de Kinshasa. Reporters sans frontières dénonce un climat de violence et une campagne électorale qui s'ouvre par l'homicide d'un journaliste.
Reporters sans frontières exprime sa consternation après l'assassinat du journaliste Bapuwa Mwamba, abattu à son domicile de Kinshasa par un groupe armé, le 8 juillet 2006. « Nous sommes extrêmement inquiets du climat de violence qui frappe les journalistes, à quelques semaines de l'élection présidentielle. Nous demandons au gouvernement congolais de tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité des médias, alors que la campagne électorale s'ouvre avec l'homicide d'un journaliste. Il est crucial qu'une enquête sérieuse établissant avec certitude les circonstances de cet effroyable assassinat, le deuxième en l'espace de huit mois, soit menée. Aucune piste ne doit être négligée par les enquêteurs », a déclaré Reporters sans frontières. Bapuwa Mwamba, ancien correspondant de la revue Jeune Afrique Economie basée à Paris, a été retrouvé mort à son domicile de Kinshasa, le 8 juillet 2006, peu après deux heures du matin (heure locale). D'après les témoignages recueillis par les enquêteurs, trois hommes armés, dont deux habillés en civil et le troisième portant un pantalon militaire, se sont introduits dans sa résidence du quartier de Matete. Le neveu de Bapuwa Mwamba était présent au moment des faits et a eu le temps de s'enfuir pour avertir la police. A son retour, le corps du journaliste, touché par une balle à la cuisse gauche, gisait dans une mare de sang. Bapuwa Mwamba travaillait pour plusieurs journaux de la capitale, dont le quotidien d'opposition Le Phare. Il avait été victime d'un braquage en mars dernier au cours duquel des voleurs avaient pénétré dans son domicile et avaient emporté une somme d'argent. Le tribunal militaire du quartier où il résidait a ouvert une enquête pour assassinat. Il était âgé de 64 ans. Franck Kangundu, alias Ngyke, journaliste du quotidien indépendant La Référence Plus, et son épouse, Hélène Mpaka avaient été assassinés devant leur domicile de Kinshasa dans la nuit du 3 novembre 2005 par quatre hommes cagoulés et armés. Franck Ngyke était père de cinq enfants. Le procès de leurs assassins présumés doit débuter très prochainement. C'est le deuxième assassinat de journaliste, après celui de Franck Ngyke, perpétré par un commando armé, en l'espace de huit mois dans le pays. La campagne électorale en RDC a démarré le 29 juin et l'élection présidentielle doit se tenir le 30 juillet prochain. Reporters sans frontières présente ses condoléances à la famille et aux proches de Bapuwa Mwamba.