Actualités

10 avril 2010 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un cameraman japonais mortellement blessé par balles lors d'affrontement entre l'armée et les chemises rouges


Hiroyuki Muramoto, cameraman japonais de l'agence Reuters, a été tué par balles, le 10 avril 2010 à Bangkok, lors de violents affrontements entre l'armée et les "chemises rouges", fidèles à l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. L'origine des tirs n'a pas été déterminée de manière indépendante et les deux camps se rejettent la responsabilité de ces affrontements qui ont fait au moins treize morts et plus de cinq cents blessés Hiroyuki Muramoto a été blessé mortellement à la poitrine alors qu'il couvrait les affrontements dans le quartier de Rajdumnoen Road. "Je suis terriblement attristé de la perte de notre collègue Hiroyuki Muramoto lors des affrontements à Bangkok. Le journalisme est parfois une profession terriblement dangereuse, car ceux qui veulent apporter au monde les informations se retrouvent au coeur de l'action. La famille toute entière de Reuters est en deuil avec sa tragédie", a déclaré David Schlesinger, rédacteur en chef de Reuters. Hiroyuki Muramoto est rattaché au bureau de l'agence britannique à Tokyo. Reporters sans frontières demande une enquête indépendante sur la mort de Hiroyuki Muramoto, notamment une autopsie et une étude balistique réalisées de manière transparente, et si nécessaire avec la collaboration d'experts étrangers. "Cette enquête doit notamment être menée au plus haut niveau du commandement militaire, afin de savoir s'il a été fait usage de la part de l'armée de balles réelles et sur ordre de qui, alors que des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes sont normalement d'usage pour une mission de maintien de l'ordre", a déclaré l'organisation. Des membres des "chemises rouges" avaient affirmé la veille avoir récupéré des armes de combats de l'armée. Nous demandons que l'enquête fasse également la lumière sur ce point et détermine d'éventuelles responsabilités dans les rangs des manifestants. Hiroyuki Muramoto est le premier journaliste tué en Thaïlande depuis octobre 2008. (photo : AFP)