Actualités

18 mai 2017 - Mis à jour le 19 mai 2017

​ Trois journalistes de TV5 violemment agressés par la police à Kinshasa

Image TV5
Reporters sans frontières (RSF) condamne la violente agression à Kinshasa de trois journalistes de TV5 Monde par les forces de police congolaises. L’organisation se joint à Journalistes en Danger (JED) pour demander l’ouverture d’une enquête.


Alors qu’ils effectuaient un reportage sur une évasion spectaculaire des prisonniers de la prison centrale de Kinshasa, trois journalistes - Francine Mukoko, Blaise Basomboli et Baudry Mata - de la chaîne de télévision francophone TV5 Monde ont été sérieusement passés à tabac par des policiers, ce 18 mai 2017. Les trois reporters ont ensuite été conduits au bureau de la police d’intervention rapide. Ils ont été relâchés après plusieurs heures, leur matériel de tournage ne leur a pas été restitué.


“Les journalistes ont été violemment passés à tabac alors qu’ils faisaient leur travail en réagissant à une actualité forte, déclare Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF. Ce n’est pas en empêchant les journalistes d’informer leurs concitoyens que les autorités pourront se soustraire à leurs responsabilités concernant l’incident de la veille. Que la police se sente autorisée à agir de la sorte contre la presse montre bien l’impunité qui règne dans le pays. Nous demandons aux autorités l’ouverture immédiate d’une enquête afin de condamner ce type de comportement.”


Depuis la décision du président Kabila de reporter la tenue des élections initialement prévues pour novembre 2016, la situation de la presse se dégrade quotidiennement en RDC. Lesmenaces contre les journalistes, les agressions et les arrestations abusives se multiplient. Sans compter les médias qui continuent d’être fermés ou brouillés, comme RFI à Kinshasa.


En 2016, JED avait recensé 87 attaques directes contre la presse, dont 41 avant mai 2016. Sur la même période en 2017, l’organisation en compte déjà 69, soit une hausse de 60% par rapport à l’an dernier.


La RDC a perdu deux places au Classement 2017 de la liberté de la presse publié par RSF. Le pays occupe aujourd’hui la 154ème place sur 180 pays.