Actualités

6 septembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Trois cyberdissidents arrêtés, dont un de nationalité américaine


Reporters sans frontières appelle les ambassadeurs américain, français et finlandais à Hanoï à intervenir en faveur de trois cyberdissidents arrêtés pour terrorisme en août 2006. Un des trois cyberdissidents, de nationalité américaine, a entamé une grêve de la faim.
Reporters sans frontières a écrit, le 6 septembre 2006, aux ambassadeurs américain, français et finlandais (ce pays assure actuellement la présidence de l'Union Europénne) à Hanoï pour leur demander d'intervenir en faveur de trois cyberdissidents, connus sous les noms de plume de Nam Tran, Nguyen Hoang Long et Huynh Viet Lang, détenus au Viêt-nam depuis mi-août. L'organisation a également suggéré au sénateur Gérard Miquel, qui dirigera une mission parlementaire française au Viêt-nam la semaine prochaine, d'aborder cette affaire lors de ses entretiens avec les officiels vietnamiens. Nam Tran, de son vrai nom Cong Thanh Do, est un citoyen américain. Extrait du courrier envoyé aux diplomates "Cinq personnes sont actuellement emprisonnées au Viêt-nam pour avoir exprimé sur Internet des opinions démocratiques. Contrairement à ce qu'affirment les autorités vietnamiennes, aucun d'entre eux n'est un terroriste, un criminel ou un espion. Ces hommes sont punis pour avoir exprimé publiquement, par le biais d'Internet, leur désaccord avec la ligne politique du parti unique. Ce sont des démocrates non violents. Le Viêt-nam va bientôt devenir membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il a par ailleurs été choisi pour accueillir, en novembre, le sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC). Nous considérons qu'une normalisation des relations diplomatiques avec ce pays, et son intégration à l'économie mondiale, devrait s'accompagner d'avancées concrètes dans le domaine des droits de l'homme. Nous nous sommes certes réjouis de la libération, le 30 août, du cyberdissident Pham Hong Son, un geste encourageant de la part des nouveaux dirigeants vietnamiens. Nous constatons toutefois que ces derniers continuent de brimer la liberté d'expression dans leur pays et d'emprisonner les internautes contestataires. Nous vous demandons donc aujourd'hui d'affirmer avec force votre soutien aux cyberdissidents vietnamiens et votre engagement en faveur de la liberté d'expression sur Internet." Rappel des faits : Cong Thanh Do, un ingénieur de 47 ans vivant à San José (Californie), écrivait sur divers sites basés à l'étranger. Il a été arrêté le 14 août à Phan Thiet (sud du Viêt-nam) lors d'une visite familiale. Sa femme, qui voyageait avec lui, a été interpellée en même temps que lui. Elle a été relâchée quelques heures plus tard et sont aujourd'hui rentrés aux Etats-Unis. Selon sa famille, Cong Thanh Do est soupçonné d'avoir fomenté un attentat à la bombe contre le consulat américain à Hô Chi Minh-ville, une accusation fantaisiste qui ne semble basée sur aucun élément tangible. Il serait en réalité détenu pour ses écrits sur le Net, ainsi que pour son appartenance présumée à une organisation politique illégale dans le pays, le Parti démocratique populaire du Viêt-nam, basé à l'étranger. Son arrestation a été confirmée par des diplomates américains. Il a été placé en isolement jusqu'à la visite d'un diplomate du consulat américain, le 1er septembre. L'avocat vietnamien Nguyen Van Dai a accepté de représenter le cyberdissident, mais les autorités vietnamiennes semblent pour l'instant s'y opposer. D'après sa fille, Bien Dobui, Cong Thanh Do serait en grève de la faim depuis le 1er septembre. Nguyen Hoang Long et Huynh Viet Lang, résidents et citoyens vietnamiens, auraient été arrêtés à Hô Chi Minh-ville, autour du 14 août, pour les mêmes motifs. ------------- Créer votre blog avec Reporters sans frontières : www.rsfblog.org