Actualités

7 septembre 2007 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Tentative d'assassinat manquée contre un journaliste en Sicile : la mafia s'en prend à ceux qui dénoncent publiquement ses activités


Reporters sans frontières condamne fermement l'attentat orchestré contre Lirio Abbate, victime d'une tentative d'assassinat à la voiture piégée. L'organisation tient à faire part au journaliste de son soutien inconditionnel et se réjouit que celui-ci ait pu échapper sain et sauf à cette attaque scandaleuse.
Reporters sans frontières condamne fermement l'attentat orchestré contre Lirio Abbate, victime d'une tentative d'assassinat à la voiture piégée. L'organisation tient à faire part au journaliste de son soutien inconditionnel et se réjouit que celui-ci ait pu échapper sain et sauf à cette attaque scandaleuse. Durant la nuit du 1er au 2 septembre 2007 à Palerme, deux individus ont été surpris alors qu'ils installaient une bombe sous la voiture de Lirio Abbate. Ce journaliste, rédacteur pour l'agence de presse Ansa et collaborateur local de La Stampa, est notamment connu pour sa lutte contre le crime organisé. Suite à cette tentative, Lirio Abbate a reçu le soutien de l'ensemble de ses collègues. De son côté, le maire de Palerme, Diego Cammarata, a vivement condamné cet attentat avant de féliciter le journaliste pour sa persévérance et sa détermination à poursuivre son activité malgré les risques qu'il encourt continuellement. Une manifestation organisée par Il Giornale di Sicilia (Journal de Sicile), en solidarité avec le journaliste, se tiendra samedi 8 septembre dans les rues de Palerme pour protester contre les méthodes du crime organisé. Lirio Abbate a commencé à recevoir des menaces de mort après la publication de son ouvrage “I Complici” (Les complices) début 2007. Le 21 mai, le Comité provincial pour l'ordre et la sécurité publique de Palerme a décidé de le placer sous escorte policière permanente, protection dont aucun journaliste palermitain n'avait pu bénéficier jusqu'ici. Se déplaçant dans une voiture blindée et constamment accompagné de deux gardes du corps, le journaliste a pu continuer à exercer sa profession en sécurité. Ce sont d'ailleurs les policiers affectés à la protection du journaliste qui ont surpris en pleine nuit les deux inconnus alors que ceux-ci parachevaient la préparation d'un engin explosif artisanal d'ores et déjà “en état de fonctionner”, a indiqué la police. Rappelons qu'à Naples, l'écrivain-journaliste Roberto Saviano, correspondant de L'Espresso, vit sous protection policière depuis octobre 2006, suite à des menaces consécutives à la parution de son enquête sur la mafia napolitaine.