Actualités

24 octobre 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Suspension des émissions en kinyarwanda de la BBC


Samedi 25 octobre, l’Autorité rwandaise de régulation des médias (Rwanda Utilities Regulatory Authority - RURA) a ordonné la suspension des émissions radiophoniques en kinyarwanda de la BBC pour une durée indéterminée, le temps que l’autorité de régulation enquête sur les accusations de « négation de génocide» dont fait l’objet la chaîne britannique.

La Commission rwandaise des médias (Rwanda Media Commission - RMC) a jugé cette décision illégale dans la mesure où la RURA n’a pas respecté son obligation de concertation avec la RMC.

« Le fait que la RURA - une agence technique également chargée de l’assainissement, du transport ou du service postal - s’érige en arbitre de la liberté de l’information montre bien la dimension politique de cette interdiction, déclare Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de Reporters sans frontières. Faute de pouvoir instrumentaliser la RMC, le gouvernement se rabat sur une agence plus docile. Cette mesure est disproportionnée et dépourvue de fondement : pourquoi suspendre les émissions radiophoniques de la BBC en kinyarwanda alors que c’est un documentaire en anglais et diffusé sur la chaîne de télévision qui a provoqué l’ire du gouvernement ?

« Il faut rappeler que la BBC est l’un des seuls médias indépendants à diffuser dans la langue locale. Couper les programmes en kinyarwanda, c’est entraver l’accès d’une grande partie de la population à l’information. Nous demandons que la diffusion de la BBC en kinyarwanda soit immédiatement rétablie afin de garantir l’accès à une information indépendante et diversifiée ».

-------------------------------------------------------------------------------------------

24.10.2014 - La BBC interdite au Rwanda?

Le Parlement rwandais a voté le 22 octobre 2014 en faveur de l'interdiction de la BBC dans le pays après que la chaîne a diffusé début octobre un documentaire controversé sur le génocide de 1994, intitulé "Rwanda, The Untold Story (Rwanda: le non-dit)".

Le 22 octobre, les parlementaires rwandais ont voté pour l’interdiction de la BBC au Rwanda et recommandé au gouvernement d’engager des poursuites contre le journaliste et le producteur du documentaire "Rwanda, The Untold Story (Rwanda: le non-dit)". Quelques jours plus tôt, l’actuel chef d’Etat avait lui-même accusé la BBC de “négation du génocide” des Tutsi.

"Ce vote n'est pas surprenant dans la mesure où l'opposition politique au régime du président Kagame n'a pas l'espace d'exister au Rwanda, déclare Cléa Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique chez Reporters sans frontières. Il est extrêmement préoccupant que la BBC, l'un des seuls médias indépendants qui arrive à pénétrer le pays, soit en passe d'être interdite. Nous demandons à Kigali d’appliquer les discours démocratiques volontiers proférés aux tribunes internationales et de laisser les médias s'exprimer librement."

Plus tôt dans la journée, des associations d'étudiants, majoritairement composées de rescapés du génocide avaient organisé des manifestations devant le bureau de la BBC à Kigali et devant le Parlement auquel ils ont remis un mémorandum demandant au gouvernement rwandais d’annuler la licence de diffusion de la chaîne dans le pays. Ils ont également exigé que la BBC présente ses excuses officielles au peuple rwandais et au monde entier.

Diffusé en début de mois, ce documentaire avait fait polémique, en donnant la parole à des universitaires américains qui ont établi une cartographie les amenant à conclure que les tueries au Rwanda entre avril et juillet 1994 n'avaient pas concerné seulement les Tutsi. Approché par la BBC pour participer au documentaire, le gouvernement rwandais avait refusé.

Selon les Nations unies, le génocide de 1994 a coûté la vie à près de 800 000 Tutsi et Hutu modérés. Le Rwanda est connu pour refuser tout commentaire sur sa situation des droits de l'homme et pour imposer une extrême censure concernant la liberté de l'information. En 2014, au moins, cinq journalistes ont dû fuir le pays, victimes de persécutions. Plusieurs ont été arrêtés et menacés par la police à l'approche et après les commémorations des 20 ans du génocide en avril. L'émission interactive de grande écoute Good Morning Rwanda sur Flash FM a été interdite en juin 2014. Ces faits ont été condamnés par le département d'Etat américain. La dénégation officielle du gouvernement rwandais, publiée sur son site n'est actuellement plus accessible en ligne. En 2009, Kigali avait également suspendu les émissions radiophoniques de la BBC en Kynyarwanda, pour un programme diffusé sur le génocide, qualifié, lui aussi à l'époque de révisionniste.

Au Rwanda, classé 162e sur 180 pays dans l’édition 2014 du Classement de la liberté de la presse établi par Reporters sas frontières, toute mention de l'ethnie dans un discours officiel est passible d'emprisonnement pour "divisionnisme". Au fil des années, le terme "génocide rwandais" a progressivement été remplacé par celui de "génocide des Tutsi", évitant ainsi que l'Histoire officielle puisse être questionnée.

Plus d’information sur la liberté de l'information au Rwanda