Actualités

12 décembre 2017 - Mis à jour le 13 décembre 2017

Suspension arbitraire des mesures de protection pour le journaliste hondurien Jairo López

Le journaliste indépendant hondurien Jairo López, ancien animateur du programme télé ‘El Informador’ pour le Canal 21, s’est vu suspendre arbitrairement ses mesures de protection le 26 novembre 2017. Ces mesures lui avaient été octroyées en février 2017 par le mécanisme national en charge de protéger les journalistes.

Pour avoir révélé en 2015 des actes de corruption impliquant des élus et des responsables politiques, dont le président du Congrès national, le journaliste est depuis la cible d’une vaste campagne de dénigrement et se trouve au coeur d’un procès pour diffamation, entaché de lourdes irrégularités. Il est, aujourd’hui encore, régulièrement menacé de mort sur les réseaux sociaux notamment.


“RSF dénonce une décision sans fondement et demande au gouvernement hondurien de remettre en place ces mesures de sécurité dans les plus brefs délais, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine de l’organisation. Les menaces qui continuent de peser sur Jairo sont très inquiétantes et, en plus d’entraver son activité de journaliste, le fragilisent chaque jour un peu plus”.


Ce 11 décembre, la police militaire a convoqué Jairo Lopez lui reprochant d’être un leader de l’opposition dans les manifestations contre le président sortant Juan Orlando Hernández, en passe d’être réélu dans des conditions contestées. Contacté par RSF, Jairo affirme qu’il couvre ces manifestations en tant que journaliste, et a confié craindre de figurer sur une liste noire des hommes à abattre établie par les forces militaires et policières honduriennes.