Actualités

27 septembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Sommet de la Francophonie : lettre de Reporters sans frontières au Premier ministre canadien


À l'occasion du Sommet de la Francophonie, qui se tient les 28 et 29 septembre à Bucarest, Reporters sans frontières a écrit au Premier ministre canadien, Stephen Harper, pour lui demander d'aborder, avec les représentants vietnamiens qui assisteront à l'événement, les cas de quatre cyberdissidents, Nguyen Vu Binh (photo), Truong Quoc Huy, Le Nguyen Sang et Huynh Nguyen Dao, emprisonnés pour s'être exprimé librement sur Internet.
À l'occasion du Sommet de la Francophonie, qui se tient les 28 et 29 septembre 2006 à Bucarest, Reporters sans frontières a écrit au Premier ministre canadien, Stephen Harper, pour lui demander d'aborder, avec les représentants vietnamiens qui assisteront à l'événement, les cas de quatre cyberdissidents, Nguyen Vu Binh, Truong Quoc Huy, Le Nguyen Sang et Huynh Nguyen Dao, emprisonnés pour s'être exprimé librement sur Internet. “Monsieur le Premier Ministre, À l'occasion du XIe Sommet de la Francophonie, qui se tiendra les 28 et 29 septembre 2006 à Bucarest, Reporters sans frontières vous demande de bien vouloir intervenir, lors de vos entretiens avec les représentants vietnamiens, en faveur de Nguyen Vu Binh, Truong Quoc Huy, Le Nguyen Sang et Huynh Nguyen Dao, quatre cyberdissidents actuellement détenus au Viêt-nam pour le simple fait d'avoir exprimé leurs opinions sur Internet. Nguyen Vu Binh, un ancien journaliste d'une publication officielle du Parti communiste, a été arrêté en 2002 et condamné, le 31 décembre 2003, à sept de prison et trois ans d'assignation à résidence. Militant démocrate, il est le fondateur de l'organisation indépendante Démocratie et Liberté et l'auteur de nombreux textes diffusés sur Internet plaidant pour des réformes politiques et économiques dans le pays. Sa condamnation à une lourde peine de prison serait notamment liée à son témoignage auprès du Congrès américain, en 2002, à propos des atteintes aux droits de l'homme dans son pays, ainsi qu'à l'un de ses articles, au contenu jugé réactionnaire, dans lequel il critiquait un traité conclu entre la Chine et le Viêt-nam en 1999. Quant à Truong Quoc Huy, 25 ans, il a été interpellé dans un café Internet de Hô Chi Minh-Ville, le 18 août 2006, par des policiers en civil qui l'ont surpris en train de se connecter à un forum de discussion sur la démocratie. Déjà arrêté une première fois en octobre 2005, avec son frère et une amie, le jeune homme avait déjà été détenu pendant neuf mois sans procès pour ses activités sur le Net. Il est actuellement accusé d'avoir voulu "renverser le pouvoir" et d'avoir accordé, à sa sortie de prison, des interviews à des radios étrangères dans lesquelles il exprimait son soutien au groupe 8406, un mouvement prodémocratique fondé en avril dernier. Enfin, Le Nguyen Sang (nom de plume Nguyen Hoang Long) et Huynh Nguyen Dao (nom de plume Huynh Viet Lang) auraient été arrêtés à Hô Chi Minh-ville, autour du 14 août. Les autorités vietnamiennes n'ont communiqué aucune information sur leur arrestation. Ils seraient toutefois détenus pour leurs écrits sur le Net, ainsi que pour leur appartenance présumée à une organisation politique illégale dans le pays, le Parti démocratique populaire du Viêt-nam, basé à l'étranger. Ces deux cyberdissidents avaient été interpellés en même temps et pour les mêmes raisons que Cong Thanh Do, citoyen américain qui a été libéré, le 21 septembre, grâce à l'intervention de diplomates étrangers. Quatre citoyens sont donc actuellement emprisonnés au Viêt-nam pour avoir exprimé sur Internet des opinions démocratiques. Contrairement à ce qu'affirment les autorités vietnamiennes, aucun d'entre eux n'est un terroriste, un criminel ou un espion. Ces hommes sont punis pour avoir exprimé publiquement, par le biais d'Internet, leur désaccord avec la ligne politique du parti unique. Le Viêt-nam va bientôt devenir membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Il a par ailleurs été choisi pour accueillir, en novembre, le sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC). Nous considérons qu'une normalisation des relations diplomatiques avec ce pays, et son intégration à l'économie mondiale, devraient s'accompagner d'avancées concrètes dans le domaine des droits de l'homme. Nous nous sommes certes réjouis de la libération, le 30 août, du cyberdissident Pham Hong Son, un geste encourageant de la part des nouveaux dirigeants vietnamiens. Nous constatons toutefois que ces derniers continuent de brimer la liberté d'expression dans leur pays et d'emprisonner les internautes contestataires. Dans le cadre du Sommet de la Francophonie, organisation qui mène une action politique en faveur de la paix, de la démocratie et des droits de l'homme, nous vous demandons donc d'affirmer votre engagement en faveur de la liberté d'expression sur Internet ainsi que votre soutien aux cyberdissidents vietnamiens. En vous remerciant de l'intérêt que vous voudrez bien porter à ce courrier, je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de ma très haute considération.” Robert Ménard
Secrétaire général


Le Nguyen Sang et Huynh Nguyen Dao ` ------------- Créer votre blog avec Reporters sans frontières : www.rsfblog.org