Actualités

22 avril 2016 - Mis à jour le 25 avril 2016

Somalie : trois journalistes devant les tribunaux du Somaliland

Une rue d'Hargeisa - SIMON MAINA / AFP

Le 23 avril 2016, la Cour régionale de justice d’Hargeisa a reporté à une date encore inconnue les audiences des journalistes des quotidiens Ogaal et Husbad, poursuivis pour publication de fausses nouvelles. A leur arrivée à la Cour, Muuse Jambiir, Cabdirashiid Nuur Wacays et Siciid Khadar Cabdilaahi ont été informés que le juge et le procureur étaient absents, l’un pour cause de deuil, l’autre pour raisons de santé.


**********************************************************************


Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète des peines de prison encourues par Muuse Jaambiir, du quotidien Ogaal, ainsi que Cabdirashiid Nuur Wacays et Siciid Khadar Cabdilaahi, du journal Husbad. L’organisation appelle la Cour de justice d’Hargeisa à respecter la Constitution et le Code la presse du Somaliland qui garantissent la liberté d’information.


La Cour d’Hargeisa, capitale de l’Etat autoproclamé du Somaliland, doit examiner ce 23 avril deux affaires de presse qui préoccupent Reporters sans frontières (RSF). Muuse Jaambiir, directeur du journal Ogaal, est poursuivi pour “publication de fausses nouvelles diffamatoires à l’encontre du Président et de la première dame” après la parution, en août 2015, d’articles sur la manière dont la famille présidentielle avait géré la privatisation d’une entreprise d’Etat.


Cabdirashiid Nuur Wacays et Siciid Khadar Cabdilaahi, respectivement directeur et rédacteur-en-chef du journal Husbad, sont pour leur part accusés d’avoir produit de “fausses publications et dirigé un journal sans licence”. D’après le Human Rights Center du Somaliland, ce dernier chef d’inculpation est d’autant plus absurde que les deux journalistes étaient précisément en train de régler des procédures administratives au moment où ils ont été arrêtés, le 30 novembre 2015. Ils ont été libérés sous caution quatre jours plus tard mais Husbad a été suspendu, et ne paraît plus depuis lors.


Les autorités du Somaliland ont récemment durci leur politique vis-à-vis des médias puisque Codka Shacabka et Xog Ogaal, deux autres journaux publiés au Somaliland, ont été suspendus en mars 2016. A cela s’ajoute l’interdiction depuis avril 2014 du journal Haatuf qui avait dénoncé des affaires de corruption impliquant des membres du gouvernement du Somaliland.


“Les journalistes doivent pouvoir exercer librement leur rôle d’information, déclare Constance Desloire, du bureau Afrique de RSF. Nous appelons la justice d’Hargeisa à respecter l’article 32 de la Constitution et les articles 3 et 10 du Code la presse qui garantissent aux médias leur droit d’informer sans entraves la population.”


Le Somaliland s’est autoproclamé indépendant de la Somalie en 1991. Il n'est pas reconnu par la communauté internationale mais dispose néanmoins d'un gouvernement et d'une Constitution. Le Somaliland milite depuis 25 ans pour sa reconnaissance internationale, en mettant en avant un fonctionnement démocratique largement supérieur au reste de la Somalie. Mais les journalistes y sont régulièrement menacés et travaillent dans de dangereuses conditions d'arbitraire. Depuis le 13 avril dernier, le journaliste Mohamed Omar Jaray est détenu à Borama pour avoir interviewé des résidents qui choisissaient de chanter l’hymne national de la Somalie plutôt que celui du Somaliland.