Actualités

28 février 2018

RSF demande la libération immédiate du caricaturiste équato-guinéen

Ramón Nse Ebalé en prison depuis plus de 5 mois dans l'attente d'un procès ©AFP
Reporters sans frontières (RSF) est soulagée d’apprendre l’abandon des charges du Parquet contre le caricaturiste équato-guinéen Ramón Nse Ebalé, placé en détention arbitraire depuis plus de cinq mois, et demande sa libération immédiate.

Cela faisait cinq mois que le dessinateur Ramón Nse Ebalé croupissait dans la prison de Black Beach, en Guinée Equatoriale, avant de comparaître enfin devant le tribunal de Malabo le 27 février. A l’issue de son audience, le procureur de la République a requis la remise en liberté du caricaturiste pour “absence de preuves évidentes”. Mais aucune date n’a encore été annoncée sur son jugement en délibéré.


Arrêté le 16 septembre 2017 pour “fabrication de fausse monnaie et blanchiment d’argent”, Ramón Nse Ebalé a toujours réfuté ces accusations et assure être poursuivi pour ses caricatures contre le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.


“Nous demandons la libération immédiate de Ramón Nse Ebale, déclare Reporters sans frontières. La demande du procureur de la République ne fait que confirmer l’absence totale de fondement des accusations portées à son encontre. Sa détention a déjà trop duré.”


Le 15 novembre 2017, RSF et dix-huit organisations avaient adressé une lettre ouverte au président de Guinée équatoriale pour réclamer la libération immédiate de l’artiste. Une campagne avait ensuite été lancée en décembre avec le hashtag #FreeNseRamon.


La Guinée-Equatoriale est classée 171ème sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2017.