Actualités

18 février 2016 - Mis à jour le 28 avril 2016

RSF délivre la pétition de Jeffrey Sterling à la Maison Blanche

Reporters sans frontières (RSF) a délivré hier avec la femme du lanceur d’alerte Jeffrey Sterling une pétition demandant sa grâce à la Maison Blanche. La pétition a déjà récolté plus de 150 000 signatures. Jeffrey Sterling, ancien agent de la CIA et dernière victime de la guerre contre les lanceurs d’alerte déclarée par l’administration Obama, a été condamné en janvier 2015 pour avoir divulgué des informations confidentielles au journaliste du New York Times James Risen.

Jeffrey Sterling a été condamné sous l’Espionage Act pour avoir été en contact avec le journaliste du New York Times James Risen. Il purge actuellement une peine de trois ans et demi de prison dans le Colorado.Avant de délivrer la pétition à la Maison Blanche, Reporters sans frontières (RSF) a co-sponsorisé une conférence de presse à Washington pour sa femme Holly Sterling. Elle a remercié les plus de 150 000 personnes qui ont signé la pétition demandant la grâce présidentielle pour son mari. Delphine Halgand, directrice du bureau de RSF aux États-Unis, a déclaré qu’ “en tant qu’organisation de défense de la liberté d’information, nous sommes très inquiets par le précédent créé dans le cas du gouvernement américain contre Jeffrey Sterling. Comment est-ce possible que la simple existence de contacts entre un ancien agent de la CIA et un journaliste soit suffisante pour condamner quelqu’un pour espionnage?”Parmi les intervenants figuraient l’auteur, activiste et professeur renommé Dr. Cornel West, l’ancien analyste de la CIA et lanceur d’alerte John Kiriakou, l’avocate et lanceuse d’alerte Jesselyn Radack, et le directeur de la stratégie de Free Press Tim Karr. John Kiriakou, qui a purgé une peine de prison pour avoir révélé des informations sur le programme de torture de la CIA, a déclaré que Jeffrey “a fait exactement ce qu’il aurait du faire face à un programme de gaspillage, de fraude, d’abus, ou illégalité.” Le but de sa condamnation sévère à 3.5 ans de prison était “de le ruiner totalement… de le diaboliser...et d’effrayer tous autres lanceurs d’alerte potentiels,” a-t-il dit.Lors du procès de Jeffrey Sterling, le département de la Justice américain n’a pas été en mesure de fournir de preuves concrètes sur le fait qu’il avait divulgué des informations confidentielles à James Risen. Seules des preuves circonstancielles ont été établies - des emails et conversations téléphoniques - qui ont été utilisées pour convaincre un jury de déclarer Jeffrey coupable. Ce dernier s’est servi des voies légales réservées aux lanceurs d’alerte, en notifiant le Senate Select Committee on Intelligence de ses inquiétudes pour la sécurité du peuple américain.En décembre dernier, RSF, RootsAction et ExposeFacts ont mené une coalition d’organisations soutenant la pétition pour grâcier Jeffrey. The Bill of Rights Defense Committee/Defending Dissent Foundation, Center for Media and Democracy, Freedom of the Press Foundation, The Nation magazine, Restore the Fourth et Free Press soutiennent également cette pétition.Pour soutenir la demande de Holly Sterling pour obtenir la grace de son mari, signez la pétition sur change.org/pardonforjeffrey ou sur http://rootsaction.org/take-action/1056-tell-the-president-to-pardon-cia-whistleblower-jeffrey-sterling. Utilisez #pardonforjeffrey sur Facebook, Instagram et Twitter pour diffuser le message. Articles de presse: "Wife of CIA Whistleblower Jeffrey Sterling Asks Obama to Pardon Him" - The Intercept"CIA Whistleblower's Wife Asks Obama for Pardon" - Courthouse News ServiceVidéo de la conférence de presse