Actualités

3 avril 2000 - Mis à jour le 20 janvier 2016

RSF condamne l'assassinat du directeur d'une radio


Reporters sans frontières (RSF), exprime "sa profonde préoccupation" après l'assassinat de Jean Léopold Dominique, directeur de la station privée pro gouvernementale Radio Haïti Inter
Dans une lettre adressée à Jacques Edouard Alexis, Premier ministre et ministre de l'Intérieur, Reporters sans frontières (RSF), exprime "sa profonde préoccupation" après l'assassinat de Jean Léopold Dominique, directeur de la station privée pro gouvernementale Radio Haïti Inter. Robert Ménard, secrétaire général de RSF, demande au Premier ministre haïtien "d'user de toute (son) influence afin qu'une enquête soit ouverte et que les responsables de l'attentat perpétré contre (le journaliste) soient identifiés et punis". L'organisation demande également au chef du gouvernement "de prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir la sécurité des journalistes". Le 3 avril au matin, Jean Léopold Dominique a été tué après avoir garé sa voiture dans la cour de Radio Haïti Inter, dont les locaux sont situés dans le quartier de Delmas (nord-est de Port-au-Prince), et alors qu'il s'apprêtait à entrer dans le bâtiment. Une journaliste de la station affirme avoir entendu plusieurs coups de feu. Gravement blessé, Jean Léopold Dominique a été transféré à l'hôpital où il a succombé à ses blessures. Un gardien de la radio a également été tué lors de l'attentat. D'après la rédaction, Jean Léopold Dominique n'avait reçu aucune menace. Ce dernier était connu pour être un proche du président René Préval. Il était le commentateur politique le plus connu en Haïti pour son engagement constant contre la dictature et en faveur de la démocratie. Dans son émission "Inter Actualités", le directeur de Radio Haïti Inter critiquait souvent des personnalités du monde politique et du monde des affaires.