Actualités

11 janvier 2018

RSF appelle à la libération d’un journaliste mexicain détenu par les services d’immigrations américains

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la situation du journaliste mexicain, Emilio Gutierrez Soto, et celui de son fils de 24 ans, Oscar, actuellement détenus par les services d’immigration, près d’el Paso, au Texas.

Emilio Gutierrez, un journaliste mexicain qui demande depuis 2008 l’asile aux Etats-Unis, est maintenu en détention depuis un mois sur le territoire américain avec son fils Oscar, âgé de 24 ans. Emilio Gutierrez était entré légalement aux Etats-Unis en 2008 pour trouver refuge après avoir reçu des menaces de mort en lien avec son activité de journaliste pour le quotidien El Diario del Noroeste dans l’État de Chihuahua au Mexique. Pendant près de dix ans, sa procédure de demande d’asile a été retardée à maintes reprises. Sa requête a finalement être rejetée, en juillet 2017. Le 7 décembre, des agents des services de l'immigration américaine (Immigration and Customs Enforcement, ICE) ont arrêté et menotté Emilio Gutierrez puis ont tenté de le reconduire à la frontière. Son expulsion a été évitée de justesse grâce à un sursis accordé par le Board of Immigration Appeals (BIA), le comité en charge d’étudier les demandes d’asile. Depuis, le BIA a accepté de rouvrir le dossier d’Emilio Gutierrez et d’entendre son pourvoi en appel. Le journaliste et son fils sont convaincus qu’ils se feront tuer si ils sont renvoyés au Mexique.


Nous lançons un appel aux autorités pour qu’elles libèrent Gutierrez et son fils Oscar et leur accordent l’asile aux Etats-Unis, a déclaré la directrice du bureau Amérique du Nord de RSF, Margaux Ewen. Ils sont arrivés en toute légalité dans ce pays pour demander l’asile car ils étaient la cible de menaces très sérieuses et n’étaient plus en sécurité. Les renvoyer au Mexique reviendrait à les condamner à la peine de mort. Le pays du Premier amendement devrait protéger les journalistes qui risquent leur vie pour traiter de la corruption, et non pas les emprisonner ou les expulser.


Emilio Gutierrez a révélé des affaires de corruption et d’abus de la part de l’armée mexicaine entre 2005 et 2008. Suite à ces révélations, sa maison a été perquisitionnée par des dizaines d’hommes armés. Emilio Gutierrez pense qu’il s’agissait de militaires. Le reporter a appris par la suite que son nom figurait sur une liste de l’armée de personnes à abattre. Il a alors pris la décision de fuir le pays avec son fils, par peur pour leur vie. Arrivés aux Etats-Unis, tous deux ont déposé des demandes d’asile mais ils ont été arrêtés si tôt la procédure entamée puis détenus pendant sept mois. Emilio et Oscar Gutierrez ont finalement reçu des permis de travail temporaires et ont pu s’installer dans l’Etat du Nouveau Mexique où ils ont mis sur pied un camion restaurant. Durant les années qui ont suivi, au cours desquelles leur demande était en attente, ils se sont régulièrement pliés aux contrôles des services d’immigration.


Onze journalistes ont été assassinés au Mexique l’année dernière en lien avec leur métier. Le Mexique, deuxième pays le plus meurtrier du monde pour les journalistes après la Syrie, est 147ème sur 180 pays selon le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2017. Les Etats-Unis se situent à la 43e place.