Actualités

6 août 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières scandalisée par la garde à vue arbitraire de quatre journalistes


Les journalistes Kadir Özbek et Rüstü Demirkaya, de l'agence prokurde DIHA (Agence Tigre), Ferit Demir, journaliste des agences DHA et Reuters, ainsi que le reporter de l'agence Anatolie (AA), Haydar Toprakçi, sont en garde à vue au Commandement militaire central de Tunceli (est de la Turquie), depuis le 4 août au soir. "Nous demandons la libération immédiate de ces quatre journalistes", a déclaré Reporters sans frontières.
« Il est invraisemblable que des journalistes soient soupçonnés de collaborer avec des militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) pour la simple raison qu'ils sont venus couvrir la libération d'un soldat turc. Nous condamnons avec la plus grande fermeté cette détention arbitraire car les journalistes n'ont fait que leur travail. La lutte légitime et nécessaire contre le terrorisme ne saurait en aucun cas justifier de telles violations de la liberté de la presse. Nous demandons au ministre de la Justice, Cemil Cicek, la libération immédiate de ces quatre journalistes », a déclaré Reporters sans frontières Kadir Özbek et Rüstü Demirkaya, journalistes de l'agence prokurde DIHA (Agence Tigre), Ferit Demir, journaliste des agences DHA (Dogan) et Reuters, ainsi que le reporter de l'agence officielle Anatolie (AA), Haydar Toprakçi, ont été interpellés, dans le village de Gülec (province de Tunceli, est de l'Anatolie), le 4 août 2005 au soir. Ils se trouvent toujours en garde à vue au Commandement militaire central de Tunceli, soupçonnés de collaboration avec des militants du PKK. Les quatre journalistes interpellés avaient rejoint une délégation de défenseurs des droits de l'homme qui s'était rendue dans le village de Gülec pour accueillir le soldat turc Coskun Kirandi, détenu par des militants du PKK depuis le 11 juillet dernier et qui venait d'être libéré. La délégation comprenait Selahattin Demirtas, président de la branche locale de l'Association des droits de l'homme turque (IHD) à Diyarbakir, Mihdi Perinçek, dirigeant de IHD, Ferhat Tunç, chanteur et éditorialiste du quotidien prokurde Ülkede Özgür Gündem, Umur Hozatli, éditorialiste du même journal et Özgür Söylemez, membre du parti populaire démocratique (DEHAP, prokurde). Ils ont été immédiatement interpellés, ainsi que deux habitants du village de Gülec, par les autorités militaires qui ont procédé à leur interrogatoire. Le procureur adjoint de Tunceli, Sedat Ertaskin, a déclaré à la presse que « les personnes interpellées avaient servi d'intermédiaire et qu'il y avait une dimension de collaboration et de propagande ». Le vendredi 5 août au soir, l'avocat Selahattin Demirtas, ainsi que le soldat turc Coskun Kirandi ont été libérés, après avoir été entendus par le parquet de Tunceli.