Actualités

13 juillet 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières inquiète face à la montée de la violence au Liban : sept journalistes et collaborateurs des médias blessés en deux jours


Reporters sans frontières demande une enquête aux autorités israéliennes pour éclaircir les conditions dans lesquelles trois journalistes de la télévision libanaise New TV ont été blessés.
Reporters sans frontières s'inquiéte des multiples attaques survenues au Liban, au cours de ces derniers jours, et du manque de moyens mis en oeuvre pour assurer la sécurité des journalistes. L'organisation demande aux autorités israéliennes de mener une enquête pour éclaircir les conditions dans lesquelles trois employés de la télévision libanaise New TV ont été blessés, lors d'un raid aérien de l'armée. "Nous sommes alarmés par l'attaque subie par les trois collaborateurs la chaîne libanaise New TV. Il est intolérable que des journalistes soient assimilés à des combattants alors qu'ils ne font que couvrir le conflit. Nous rappelons que ce ne serait pas la première fois que l'armée israélienne prendrait délibérement pour cible des journalistes", a déclaré l'organisation. "Les journalistes n'ont pas entendu l'arrivée de l'hélicoptère et ne se souviennent pas de ce qui s'est passé après les tirs. Ils se sont réveillés à l'hôpital. La vie de nos trois collaborateurs n'est pas en danger, a indiqué la direction de la chaîne libanaise. Les trois hommes ont été conduits à l'hôpital de Natatiyé à 70 km au sud-est de Beyrouth. La voiture de Bassel Al-Aridi, Abd Khayyat et Ziad Sarwan, collaborateurs de New TV était clairement marquée du logo de la chaîne". "Notre voiture a été le véhicule le plus endommagé, ce qui peut nous faire penser qu'il s'agissait d'une attaque ciblée contre nous", ont déclaré les journalistes blessés. Le 12 juillet 2006, trois journalistes de la chaîne de télévision libanaise New TV ont été blessés lors d'un raid aérien mené par l'armée israélienne. Bassel Al-Aridi, Abd Khayyat et Ziad Sarwan, respectivement reporter, cameraman et assistant-cameraman étaient dans leur véhicule et allaient couvrir des affrontements dans le sud du pays, lorsqu'au passage d'un pont leur voiture a été touchée par des tirs israéliens. Par ailleurs, le lendemain, trois employés d'Al-Manar, chaîne de télévision du Hezbollah libanais, ont été légèrement blessés lors d'une attaque israélienne contre les bureaux du média, situés dans la banlieue sud chiite de Beyrouth. Un communiqué de la chaîne a précisé que l'antenne relais n'avait pas été détruite par le missile et que la diffusion n'avait pas été interrompue. La direction a ajouté : "Cette flagrante agression barbare vise tous les médias libanais". Un correspondant d'Al-Manar avait été déjà été blessé la veille lors du bombardement du pont de Qasmiyé, dans le sud du pays.