Actualités

31 août 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières demande l'amnistie pour trois cyberdissidents


Reporters sans frontières a demandé au ministre de la Justice Uong Chu Luu et au président Tran Duc Luong d'inclure Pham Hong Son (photo), Nguyen Khac Toan et Nguyen Vu Binh dans la liste des prisonniers qui seront amnistiés à l'occasion du 60e anniversaire de la Journée nationale du Viêt-nam, le 2 septembre. L'organisation a particulièrement attiré son attention sur le cas de Pham Hong Son, dont l'état de santé est critique.
(Une version en vietnamien de la lettre est disponible ci-dessous) Reporters sans frontières a demandé au ministre de la Justice Uong Chu Luu et au président Tran Duc Luong, d'inclure Pham Hong Son, Nguyen Khac Toan et Nguyen Vu Binh dans la liste des prisonniers qui seront amnistiés à l'occasion du 60e anniversaire de la Journée nationale du Viêt-nam, le 2 septembre. L'organisation a particulièrement attiré son attention sur le cas de Pham Hong Son, dont l'état de santé est critique. " Reporters sans frontières, organisation de défense de la liberté de la presse, vous demande de bien vouloir inclure les prisonniers de conscience Pham Hong Son, Nguyen Khac Toan et Nguyen Vu Binh dans la liste des prisonniers qui seront amnistiés à l'occasion du soixantième anniversaire de la Journée nationale du Viêt-nam, le 2 septembre 2005. Il nous semble qu'il est temps de faire preuve de clémence envers ces trois hommes, qui ont déjà passé plus de trois ans en prison, et dont le seul crime est de s'être exprimé librement sur Internet. Nous souhaitons particulièrement attirer votre attention sur l'état de santé de Pham Hong Son, qui souffre des poumons et crache régulièrement du sang. Or ce sont les symptômes habituels de la tuberculose, une maladie qui pourrait lui être fatale. Plusieurs tumeurs se sont également formées sur son visage et son corps, ce qui semble indiquer qu'il est détenu dans une cellule insalubre. Nous vous demandons de faire preuve de mansuétude envers Pham Hong Son, d'autant que son cas est très similaire à celui de Le Chi Quang, que vous avez accepté de libérer en juin 2004 pour raisons médicales. Outre Le Chi Quang, quatre autre détenus politiques sont sortis de prison au cours des sept derniers mois : Pham Que Duong et Tran Khue, en juillet 2004, le docteur Nguyen Dan Que et le journaliste Nguyen Dinh Huy, en février 2005. Nous nous sommes bien sûr réjouis de ces libérations. Elles nous laissent espérer que vous accepterez de réexaminer les cas de Pham Hong Son, Nguyen Khac Toan et Nguyen Vu Binh, dont la détention n'a que trop duré." La lettre en vietnamien