Actualités

15 mai 2008 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières demande la libération du blogueur Dieu Cay


Reporters sans frontières demande la libération du blogueur Dieu Cay (de son vrai nom Nguyen Hoang Hai), arrêté dans la ville de Dalat (Sud), le 19 avril 2008, pour fraude fiscale. «Cette accusation sert de prétexte aux autorités pour empêcher l'un des blogueurs les plus influents de la Toile vietnamienne de publier des articles critiques envers le gouvernement. Dieu Cay a été arrêté à quelques jours du passage de la flamme olympique à Hô Chi Minh-ville, alors que les autorités pronaient une « sécurité absolue » et demandent des sanctions envers les fauteurs de « trouble à l'ordre public ». Nous ne voulons pas croire à une coïncidence et demandons sa libération en attendant son jugement », a déclaré l'organisation. Dieu Cay était étroitement surveillé par des policiers depuis qu'il avait participé, début 2008, à des manifestations à Hô Chi Minh-ville pour protester contre la politique chinoise. Ils l'ont notamment menacé de laisser des agents chinois le tuer. Le 19 avril, les policiers l'ont arrêté sans motif. Il est resté deux jours à la prison d'Hô Chi Minh-ville avant d'être inculpé de « fraude fiscale ». Il lui est reproché de ne pas payer d'impôts pour les locaux de son bureau. La date du proçès n'est pas fixée. Avant le passage de la flamme, plusieurs Vietnamiens ont été arrêtés pour avoir manifesté contre les violations des droits de l'homme en Chine et la politique de Pékin en mer de Chine du Sud, où les deux pays se disputent la souveraineté des archipels des Paracels et Spratly. Des sites Internet de la communauté vietnamienne ont révélé que sur le site officiel chinois du relais de la torche, ces archipels sont présentés comme faisant partie du territoire de Chine populaire. De son côté, le Premier ministre vietnamien, Nguyen Tan Dung, a appelé, le 20 avril 2008, à une "sécurité absolue" lors du passage de la flamme à Hô Chi Minh-ville, mettant en garde contre des "forces hostiles" toujours prêtes à troubler l'ordre public, selon le site Internet du gouvernement. Sur son blog, Dieu Cay publiait des articles traitant des manifestations organisées dans le monde pour s'opposer à l'entrée de la flamme olympique dans les différentes villes parcourues, ainsi que des articles critiques envers la politique chinoise menée au Tibet et dans les archipels des Paracels et Spratley. Il a notamment appelé à manifester contre l'arrivée de la flamme à Hô Chi Minh-ville. Dieu Cay est membre d'un groupe de blogueurs, connu comme « club des journalistes libres » (Free vietnamese journalists club), dont certains sont régulièrement victimes de menaces et d'arrestations. L'un d'eux, qui a voulu rester anonyme, a perdu son emploi à la demande du gouvernement et craint d'être arrêté pour « divulgation d'informations à l'étranger dans le but de renverser le gouvernement » pour avoir répondu à des interviews pour des médias étrangers. Le Viêt-nam figure dans la liste des « Ennemis d'Internet » publiée par Reporters sans frontières. À en croire l'évolution de la gestion d'Internet, le pays copie le modèle chinois. Il compte à présent neuf cyberdissidents emprisonnés.