Actualités

22 décembre 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières demande au rapporteur spécial des Nations unies de se rendre au Liban


Reporters sans frontières a adressé un courrier, le 22 décembre 2005, à Ambeyi Ligabo, rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d'expression, pour lui demander de se rendre rapidement au Liban. "Il est urgent de mettre en place une commission d'enquête internationale sur l'ensemble des attentats qui ont visé des responsables politiques et des journalistes », a notamment écrit l'organisation.
Reporters sans frontières a demandé, dans un courrier le 22 décembre 2005, à Ambeyi Ligabo, rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, de se rendre au Liban dans la perspective de la création « d'une commission d'enquête internationale sur l'ensemble des attentats qui ont visé des responsables politiques et des journalistes ». L'organisation s'est également adressée au Premier ministre libanais, Fouad Siniora, pour lui demander d'inviter officiellement Ambeyi Ligabo. Elle a précisé que « la présence du rapporteur spécial constituerait un signe fort de l'engagement de la communauté internationale à tout mettre en oeuvre pour endiguer cette série de crimes perpétrés notamment contre des journalistes ». Reporters sans frontières, qui s'est déclarée « extrêmement préoccupée par la multiplication des attentats qui ont visé des journalistes depuis le début de l'année 2005 », souhaite attirer l'attention de la communauté internationale sur la situation critique des journalistes libanais. Ces derniers sont contraints de travailler dans des conditions de sécurité déplorables. L'organisation redoute que d'autres professionnels des médias ne soient, dans un très proche avenir, victimes de ces violences. Le 12 décembre 2005, Gebrane Tuéni, PDG du quotidien arabophone An-Nahar et député de Beyrouth, a été tué dans une attaque à la voiture piégée. Son assassinat, survenu la veille de la présentation d'un nouveau rapport intermédiaire de la Commission d'enquête internationale dirigée par Detlev Mehlis, est une provocation flagrante adressée aux Nations unies. Samir Kassir, éditorialiste du quotidien An-Nahar, a perdu la vie le 2 juin 2005, dans l'explosion de sa voiture. Journalistes réputés et respectés, Gebrane Tuéni et Samir Kassir se savaient menacés depuis l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février dernier. Par ailleurs, la voiture de May Chidiac, présentatrice vedette de la chaîne LBC (Lebanese Broadcasting Corp), a explosé, le 25 septembre 2005, au nord-est de Beyrouth. Cet attentat, qui a entraîné l'amputation d'une jambe et d'une main de la journaliste, n'a fait que « renforcer le climat de terreur dans lequel travaillent actuellement les journalistes au Liban ».