Actualités

3 juillet 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reporters sans frontières condamne les mesures de rétorsion annoncées par le gouvernement israëlien contre la BBCnt isr


Reporters sans frontières déplore et condamne l'attitude du gouvernement israélien qui a annoncé, le 1er juillet 2003, sa décision de "couper tout lien" avec la radio télévision britannique BBC, l'accusant de "systématiquement diaboliser" Israël et de diffuser des reportages "frisant l'antisémitisme". "Le gouvernement israélien supporte mal la liberté éditoriale de certains médias, dès lors que celle-ci ne sert pas ses propres intérêts. Sa décision de faire preuve d'un ostracisme affiché à l'égard d'un média indépendant et reconnu comme la BBC est plus que regrettable, elle est absurde. Il s'agit d'une attitude indigne d'un gouvernement qui prétend avoir intégré les présupposés et les vertus de la liberté de la presse", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation, avant d'ajouter : "Les accusations lancées contre la BBC sont tout aussi indignes et pathétiques". Les mesures de rétorsion contre la BBC (boycott des officiels israéliens sur la chaîne, difficultés accrues pour ses journalistes se rendant dans le pays) ont été annoncées après la récente diffusion par la chaîne d'un reportage sur le programme nucléaire de l'Etat hébreu intitulé "L'arme secrète d'Israël". Le gouvernement israélien a également annoncé qu'il ferait pression, par l'intermédiaire de son ambassadeur en Australie, Gaby Levy, sur la chaîne nationale australienne ABC (Australian Broadcasting Coorporation) qui a l'intention de diffuser le documentaire controversé à une date encore non déterminée. En 2002, une querelle entre les officiels israéliens et la chaîne américaine CNN avait failli dégénérer et déboucher sur la perte du créneau satellitaire de la chaîne en Israël. Le gouvernement israélien reprochait déjà, en des termes parfois violents, à CNN ainsi qu'à la BBC leur couverture "pro-palestinienne" de la situation au Proche-Orient.