Actualités

28 octobre 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Reparution d'Al-Zahf Al-Akhdar


Al-Zahf Al-Akhdar (La Marche Verte), quotidien officiel, est réapparu dans les kiosques, lundi 27 ocotbre. Il avait été suspendu le 13 octobre pour avoir critiqué deux pays arabe du Golfe. ________________________________ 15.10.2003 Un journal officiel suspendu Le quotidien officiel libyen Al-Zahf Al-Akhdar (La Marche verte) a été suspendu par le tribunal révolutionnaire permanent, le 13 octobre, pour avoir « porté atteinte aux intérêts nationaux et nui aux orientations de la Libye », rapporte l'AFP. Reporters sans frontières demande aux autorités libyennes des précisions sur les motifs et la durée de la suspension de ce journal, et rappelle que la situation de la liberté de la presse dans le pays est toujours dans une situation dramatique, sans aucun titre privé, ni la moindre liberté d'expression. « Dans ce contexte, on se demande quelle logique sous-tend la suspension d'un journal officiel, asservi au pouvoir, dont la faute serait de reprendre la tonalité des propos infamants du colonel Kadhafi ? Cette affaire de presse serait-elle en fait une concession aux Etat arabes insultés par Kadhafi quelques jours avant la publication des articles incriminés ?», s'interroge Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Al-Zahf Al-Akhdar (organe des comités révolutionnaires libyens), ainsi d'ailleurs que d'autres titres (tous officiels), auraient critiqué et injurié des pays arabes, dont Bahreïn et le Koweït. Certains articles rapporteraient que le royaume de Bahreïn ne pourrait être qualifié « d'Etat, de demi-Etat, ou de quart d'Etat ». Quant au Koweït, il aurait été défini comme « une erreur topographique qui n'a pas été corrigée ». Cette suspension s'inscrit dans un climat politique très tendu entre la Libye et les pays arabes. Le dirigeant libyen avait annoncé, le 4 octobre, son divorce définitif avec les Etats arabes et demandé aux congrès populaires, structures de base du système politique libyen, de donner leur accord à un retrait de la Libye de la Ligue arabe. Dans ce même discours, le colonel Kadhafi était allé jusqu'à dénier la qualité d'êtres humains aux Arabes. Ces déclarations avaient suscité une riposte cinglante du vice-Premier ministre koweïtien pour les affaires du Cabinet qui avait déclaré au journal koweïtien Al-Rai Al-Am : « Mouammar Kadhafi ira en enfer.»