Actualités

10 décembre 2012 - Mis à jour le 20 janvier 2016

"Press Freedom Award - A signal to Europe" décerné à deux journalistes italiennes


Le prix “Press Freedom Award - A Signal to Europe” a été décerné le 6 décembre à Vienne à Emanuela Zuccalá et Alessia Cerantola.
A travers le prix “Press Freedom Award - A Signal to Europe”, décerné depuis 2001, la section autrichienne de Reporters sans frontières salue l’engagement des professionnels de l’information. Son but est de soutenir les journalistes qui oeuvrent pour la démocratie et la liberté d’information. Le prix de l’année dernière avait été remis à des journalistes hongrois. Les articles des deux lauréates de cette année, les Italiennes Emanuela Zuccalá et Alessia Cerantola, mettent en lumière les conditions de travail actuelles des journalistes italiens. “Alessia Cerontola analyse ces conditions difficiles tandis qu’Emanuela Zuccalá choisit d’utiliser une métaphore pour mettre le doigt sur les atteintes aux droits de l’Homme dans ce pays”, dit Eva Nowotny, membre du jury et présidente de la commission autrichienne de l’UNESCO. “Nous sommes très préoccupés par la berlusconisation de la presse italienne et par les conditions de travail précaires des journalistes en ce pays. Pouvez-vous imaginer qu’il soit possible d’écrire un article de presse pour huit euros ?” questionne Rubina Möhring, présidente de Reporters sans frontières Autriche lors de la présentation du Press Freedom Award qui s’est tenu à Vienne. Dans son discours, Domenico Affinito, vice président de la section italienne de Reporters sans frontières, insiste: “Le journalisme italien est malade, certes, mais pas encore mort. Les conflits d’intérêts, l’autocensure, les menaces du crime organisé, la basse qualité des médias d’information, une distribution des ressources inégale dans les médias - tout ceci concoure à fabriquer un cocktail toxique pour les démocraties modernes. Et ce ne sont qu’une partie infime des problèmes auxquels nous devons faire face aujourd’hui. Nous avons besoin d’améliorer le journalisme; et pour cela nous devons faire appel à nos jeunes journalistes. La reconnaissance apportée à deux jeunes journalistes italiennes grâce au prix “Press Freedom Award” oeuvre en faveur de cette cause.” Alessia Cerantola travaille en tant que journaliste freelance et réalisatrice. Dans son oeuvre récompensée par le prix, elle décrit les rudes conditions du travail de freelance en Italie. Elle rend hommage à Pierpaolo Faggiano qui s’est suicidé à cause de sa désespérante situation professionnelle il y a un peu plus d’un an. L’article ayant remporté le prix a été publié par le périodique du “European Journalism Centre” en Novembre 2011 et par le “European Journalism Observatory” de la BBC Academy. Emanuela Zuccalá est un journaliste freelance, blogueur, auteur et producteur de documentaires. Elle a remporté le prix pour son oeuvre sur les femmes réfugiées en Afrique, “The Diaries of Women Prisoners in the Desert”. Son article se compose comme une étude de cas des gens qui ont été oubliés par le reste du monde. Son article a été publié par l’hebdomadaire Io Donna, le supplément du très sérieux journal italien Corriere della Serra. Zuccalá travaille pour Io Donna depuis 2001. Les articles seront publiés en Décembre sur le trimestriel press.freedom.now.