Actualités

1 juin 2017 - Mis à jour le 2 juin 2017

Plusieurs journalistes agressés en marge de la cérémonie d’investiture du Président serbe

Manifestation d'opposants au Président serbe à Belgrade le 31 mai / AFP
Reporters sans frontières (RSF) dénonce les attaques perpétrées contre des journalistes venus couvrir la prestation du nouveau Président serbe mercredi à Belgrade, sous l’oeil impassible de la police.

Tandis que des milliers de supporters du nouveau Président Aleksandar Vucic se massaient devant le Parlement pour assister à sa prestation de serment mercredi 31 mai, des heurts avec des militants de l’opposition n’ont pas tardé à éclater.


Lidija Valtner, journaliste pour le quotidien Danas filmait un échange entre des supporters du Parti progressiste de Serbie (SNS) du président élu et un opposant quand elle a été agressée par deux militants, l’un d’eux essayant de lui arracher son téléphone afin qu’elle cesse de d’enregistrer la scène. Alors qu’elle tentait de se défendre, les deux hommes l’ont purement et simplement attrapée et éloignée du lieu de l’incident jusqu’à un parc voisin.

La journaliste s’est émue auprès de RSF que les policiers en civil -témoins de cette agression- ne lui aient pas porté secours.


D’autres journalistes de Radio Belgrade, des sites internet Cenzovska, Insajder ou du portail Vice ont également été empêchés de travailler et de réaliser des images du rassemblement dans des conditions similaires.


Reporters sans frontières condamne les attaques et intimidations des militants du parti SNS du président Vucic envers des journalistes, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau UE-Balkans de RSF. L’utilisation de telles méthodes à l’égard des médias n’est pas digne d’un pays qui aspire à rejoindre l’Union européenne.”

La Serbie est classée 66e sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2017 de Reporters sans frontières.