Actualités

13 février 2019 - Mis à jour le 14 février 2019

Ouverture du procès d’Igor Roundikov en Russie : il est grand temps de lui rendre justice!

Igor Roudnikov
Le procès du journaliste indépendant Igor Roudnikov, en prison depuis fin 2017, doit s’ouvrir le 14 février à Saint-Pétersbourg. Reporters sans frontières (RSF) dénonce un procès politique et réclame son acquittement.

Читать на русском / Lire en russe


Après quinze mois de détention provisoire, Igor Roudnikov doit enfin commencer à être jugé le 14 février 2019 à Saint-Pétersbourg. Le journaliste indépendant est réputé pour ses investigations sans concession dans la région de Kaliningrad, qui lui ont coûté deux tentatives de meurtre et de nombreuses poursuites judiciaires. Il risque désormais jusqu’à quinze ans de réclusion criminelle pour “extorsion de fonds” à l’encontre d’un haut responsable local des forces de l’ordre, le général Viktor Ledenev, sur lequel il enquêtait.


La défense n’a cessé de souligner l’absence de toute preuve matérielle et les multiples vices de procédure qui ont émaillé l’enquête. Aucune enquête n’a été ouverte sur les violences subies par le journaliste lors de son arrestation. L’hebdomadaire dont il était rédacteur en chef, Novye Kolesa, a été liquidé le 1er février.


“Ce procès n’a d’autre but que de faire taire Igor Roudnikov, dénonce Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’est et Asie centrale de RSF. Sa longue détention provisoire, les violences dont il a fait l’objet et la liquidation de son journal témoignent de cette détermination. Non seulement le journaliste doit être acquitté et immédiatement libéré, mais une enquête approfondie doit être menée sur l’acharnement illégal dont il a été victime.”


Principal titre indépendant de la région de Kaliningrad, Novye Kolesa a été privé de sa licence par la justice le 1er février. Une décision qui entérine la fermeture du journal, déjà contraint à cesser de paraître depuis avril 2018. Officiellement, cette sanction fait suite à deux avertissements consécutifs de l’autorité russe de contrôle des télécommunications (Roskomnadzor). Un prétexte qui cache mal l’impatience des autorités à réduire le journal au silence : elles auraient pu se contenter de constater l’absence de tirage papier pendant un an pour prononcer la liquidation du titre. Novye Kolesa, qui publie encore sur internet, a interjeté appel.


Igor Roudnikov est reconnu prisonnier politique par l’organisation russe de défense des droits humains Mémorial. La Russie occupe la 148e place sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2018, publié par RSF.