Actualités

1 juillet 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Nouvelle tentative d’assassinat contre le journaliste dominicain Pedro Fernández


Le correspondant du quotidien El Nacional Pedro Fernández a fait l’objet d’une attaque à l’arme à feu, lundi 30 juin 2014 à San Francisco de Macorís. Cette tentative d’assassinat survient une semaine après une première attaque similaire contre le journaliste. Pedro Fernández était en voiture à San Francisco de Macorís dans le quartier de Los Chiripos, connu pour son activité de narcotrafic, lorsque les tirs d’arme à feu ont retenti. Le journaliste a réussi à sortir du véhicule pour se mettre à l’abri, et est sorti indemne de l’attaque qui, semble-t-il, n’est en rien le fruit du hasard. Une semaine auparavant, son domicile était saccagé à coup de bombes de gaz lacrymogène par des individus non identifiés. Une lettre manuscrite laissée avertissait le journaliste qu’il serait tué s’il ne cessait de “s’attaquer” aux points de vente de drogue de la ville. Le journaliste avait reçu plusieurs menaces de mort depuis qu’il a communiqué sur un assaut donné dans plusieurs points du narcotrafic de la ville, selon les quotidiens El Día et El Jaya. Le journaliste avait dénoncé un plan d'assassinat à son encontre en janvier 2014. “Reporters sans frontières condamne fermement ces attaques, déclare Camille Soulier, responsable du bureau Amériques de Reporters sans frontières. Pedro Fernández doit pouvoir bénéficier de la protection d’une garde rapprochée immédiatement. Nous exhortons les autorités dominicaines à lancer une enquête au plus vite pour retrouver les auteurs de cet attentat ainsi que leurs commanditaires.” Depuis quelques semaines, la violence envers les journalistes sur l’île est en recrudescence. Début juin, deux journalistes ont été victime de détentions arbitraires brutales par la police anti-drogue. La République dominicaine est 68e sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2014.