Actualités

19 juillet 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

“Ne prenez pas de photos, ou vous mourrez ici”


Le 16 juillet 2013, Li Haitao (李海涛) et Lei Kai (雷凯), deux journalistes de la chaîne de télévision spécialisée dans l’économie Hunan Jingshi (湖南经视), ont été menacés puis agressés par des policiers dans le district de Linwu (province du Hunan). Le même jour, des journalistes du Nanguo Dushi Bao (南国都市报) et de Hainan TV ont été brutalisés par des employés d’une entreprise, sur laquelle ils enquêtaient dans le cadre d’une affaire d’escroquerie. Du matériel a été détruit. “Nous sommes révoltés par les récentes affaires de menaces et d’actes de violence à l’encontre des professionnels des médias. Le fait que certaines de ces agressions émanent de membres des forces de l’ordre, supposés représenter l’ordre et la loi, constitue un facteur d’inquiétude supplémentaire. Les autorités locales ont pour obligation de protéger le droit d’informer, d’appréhender les auteurs de ces attaques et de les traduire en justice”, a déclaré Reporters sans frontières. Le 16 juillet 2013, aux alentours de 23 heures, les deux journalistes de Hunan Jingshi venus couvrir les manifestations provoquées par la mort d’un paysan passé à tabac par des membres de l’agence gouvernementale locale (chengguan), se sont vus encercler par cinq ou six policiers. Selon le Beijing News, les policiers se seraient écriés : “Ne prenez pas de photos, ou si vous en prenez, vous mourrez ici”, tout en frappant les journalistes avec des bâtons. Li Haitao souffre d’une importante blessure au pied suite aux coups reçus. Le véhicule des journalistes a également été endommagé, de même que leurs téléphones portables, dont l’un aurait été saisi par la police. Quelques heures plus tôt, à Hainan, une équipe du Nanguo Dushi Bao accompagnée d’un confrère de Hainan TV a été violemment expulsée du siège de l’entreprise Yunzhi Information Technology. Les journalistes enquêtaient sur une affaire d’escroquerie et de vente forcée impliquant l’entreprise, et s’étaient rendus sur place pour tenter d’interviewer ses responsables. Face au refus de ces derniers, la situation s’est envenimée, et l’un des managers de Yunzhi a arraché la caméra du journaliste de Hainan TV, avant de le pousser au sol et de lui asséner un coup de poing. Selon le Nanguo Dushibao, l’un des journalistes aurait tenté de sortir des bureaux pour appeler la police, mais en aurait été empêché par un employé. La Chine est classée au 173ème rang sur 179 au classement mondial 2013 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières. Photo : AFP