Actualités

24 mai 2004 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Mise en examen du directeur de publication de Lyon Mag pour "apologie de crime" : Reporters sans frontières s'inquiète d'une accusation abusive


Le directeur de la publication du mensuel Lyon Mag, Philippe Brunet-Lecomte, a été mis en examen pour "apologie de crime", le 24 mai 2004, suite à la publication d'une interview de l'imam de Vénissieux, Abdelkader Bouziane, qui défendait notamment la lapidation des femmes. "L'amalgame entre les propos condamnables de l'imam et le journaliste qui les a recueillis et portés à la connaissance des lecteurs aurait des conséquences très néfastes pour la liberté d'informer en France, pays où la loi sur la presse est l'une des plus archaïques de l'Union européenne. Pour ne pas servir d'instrument de censure, l'accusation d'apologie de crime ne devrait être avancée qu'avec une précaution extrême", a écrit Reporters sans frontières au ministre de la Justice, Dominique Perben. Le parquet de Lyon a mis en examen Philippe Brunet-Lecomte dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 28 avril, à la demande du ministre de la Justice, sur les propos tenus par Abdelkader Bouziane dans une interview accordée à Lyon Mag le 3 avril. Dans cette interview, qui faisait partie d'un dossier spécial intitulé "Islamisme. Les banlieues lyonnaises contaminées", l'imam salafiste de Vénissieux avait notamment justifié la lapidation des femmes et la polygamie. De retour en France après avoir été expulsé en Algérie le 21 avril, Abdelkader Bouziane sera entendu par la justice le 3 juin. Philippe Brunet-Lecomte, quant à lui, entend saisir la chambre d'instruction de la cour d'appel de Lyon pour demander la nullité de sa mise en examen.