Actualités

7 mai 2020 - Mis à jour le 12 mai 2020

Maroc : RSF dénonce l'agression de deux journalistes

Des journalistes de la chaine TV Amazigh ont été violemment agressés par le sous-préfet de la ville de Tilfet alors qu’ils réalisaient un reportage dans un marché local . Reporters sans frontières (RSF) dénonce un comportement inacceptable des autorités administratives marocaines et une entrave au travail d’information des journalistes.

Les journalistes de la chaine TV Amazigh Souad Wasef et Mohamed Bouljihel ont été agressés physiquement et verbalement par le sous-préfet de la ville de Tilfet, non loin de la capitale Rabat. Les deux journalistes réalisait un reportage sur l’activité du marché local en période de ramadan et de Covid-19. Leur tentative de filmer a rapidement dégénéré. Le fonctionnaire a cherché à les intimider.  En plus d’être verbalement agressée, la journaliste Souad Wasef a été giflée à deux reprises et poussée par terre par le sous-préfet. Son caméraman, Mohamed Bouljihel a quant à lui été blessé au bras en essayant d'empêcher les forces de l’ordre de confisquer sa caméra.


RSF dénonce ce comportement inacceptable de la part des autorités administratives qui ont outrepassé leur prérogatives. La crise sanitaire ne doit pas être une occasion de s'en prendre directement aux journalistes qui tentent de faire leur travail, dénonce Souahieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF. Dans un soucis d'exemplarité dû à leur fonction, les fonctionnaires de l'Etat impliqués doivent être  sanctionnés par la justice marocaine.”


Le Maroc a mis en place depuis le 20 mars 2020 un confinement drastique qui a été prolongé jusqu’au 20 mai 2020. Il s’agit du premier incident de ce type dans le pays qui compte plus de cinq mille cas de Covid-19 et près de 180 décès.


Le Maroc est 133e au Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par Reporters sans frontières.