Actualités

3 septembre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

L'un des assassins présumés de Carlos Cardoso s'évade de prison


Le 1er septembre 2002, l'un des six suspects inculpés de l'assassinat du journaliste Carlos Cardoso (photo), s'est évadé de sa prison de Maputo. Reporters sans frontières demande aux autorités de le retrouver au plus vite.
Dans la nuit du 1er septembre 2002, Anibal Antonio dos Santos Junior, l'un des six suspects inculpés de l'assassinat du journaliste Carlos Cardoso, s'est évadé de sa prison de Maputo. "Cette évasion est une faute inexcusable de l'administration pénitentiaire mozambicaine. Nous demandons aux autorités de tout mettre en œuvre afin que ce suspect soit retrouvé au plus vite", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, dans une lettre adressée au ministre de la Justice, José Ibraimo Abudo. "Cette affaire n'a que trop duré. Carlos Cardoso a été assassiné en novembre 2000 et le procès doit maintenant démarrer très rapidement. En aucun cas, ce crime ne doit rester impuni", a ajouté le secrétaire général. Selon la police, le 1er septembre vers 23 heures, Anibal Antonio dos Santos Junior, plus connu sous le surnom Anibalzinho, s'est évadé de la prison de haute sécurité de Maputo. Il était l'un des six suspects inculpés de l'assassinat du journaliste Carlos Cardoso. Selon la justice, il aurait été engagé par Momade Abdul Satar, l'un des commanditaires du crime, pour assassiner Carlos Cardoso. La police n'a pas donné de détails sur l'évasion. Plusieurs personnes s'étaient récemment inquiétées des dysfonctionnements du système pénitentiaire mozambicain. Déjà, en août, Momade Abdul Satar avait été placé en "cellule d'isolement" après qu'on eut trouvé un téléphone portable en sa possession. Selon l'hebdomadaire Domingo, la police aurait des informations selon lesquelles le détenu cherchait un moyen de s'évader. Carlos Cardoso, directeur de Metical, a été assassiné le 22 novembre 2000 sur l'avenue Martires de Machava à Maputo. Il était dans son véhicule avec son chauffeur quand deux hommes leur ont bloqué la route et ont ouvert le feu. Carlos Cardoso, touché de plusieurs balles à la tête, est mort instantanément. Son chauffeur a été grièvement blessé. Le journaliste venait de quitter le siège du journal et rentrait à son domicile. Avant sa mort, Carlos Cardoso enquêtait sur la disparition de 144 milliards de meticais (un peu plus de sept millions d'euros) à la Banque commerciale du Mozambique (BCM). Metical a suivi de près cette affaire, appelant à la fin de l'impunité et s'étonnant de l'absence d'enquête. Carlos Cardoso avait notamment cité les noms des frères Satar et de Vicente Ramaya, trois hommes d'affaires, dans ses articles. En mai 2002, la justice a inculpé six personnes dans le cadre de cette affaire. Ayob Abdul Satar et Vicente Ramaya sont accusés d'être les instigateurs de cet assassinat, tandis que Momade Abdul Satar, Anibalzinho et deux autres personnes sont accusés d'avoir exécuté le crime. Depuis, ils attendaient leur procès à la prison de haute sécurité de Maputo. Avant l'évasion, la presse locale avait annoncé, à plusieurs reprises, que le procès des assassins de Carlos Cardoso devait démarrer avant la fin de l'année.