Actualités

10 février 2010 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Liu Xiaobo devra passer 11 ans en prison pour son engagement démocratique


Le 10 février 2010, la cour d'appel de Pékin a confirmé la condamnation de Liu Xiaobo à onze ans d'emprisonnement pour "subversion du pouvoir de l'Etat". Le verdict a été rendu de manière expéditive à l'issue d'une très brève audience. Le dissident est très sévèrement puni pour avoir exprimé en ligne son désir de démocratie, au travers de la Charte 08. "Reporters sans frontières reste profondément choquée face à l'acharnement du gouvernement chinois contre un militant et un intellectuel reconnu dans le monde entier", a déclaré l'organisation. Voir la Charte 08 ci-dessous ------------------------------------------------------- 25.12.2009. - Onze ans de prison pour Liu Xiaobo, un verdict très lourd, annoncé honteusement le jour de Noël Reporters sans frontières est extrêmement choquée par l'annonce d'une sentence incompréhensible et scandaleuse. Le célèbre défenseur de la liberté d’expression en Chine, Liu Xiaobo (刘晓波), a été condamné ce matin, 25 décembre 2009, à onze ans de prison par un tribunal de Pékin. Accusé de “subversion du pouvoir de l'Etat” pour des articles publiés sur Internet et pour sa participation à l'élaboration de la Charte 08, un texte demandant des réformes démocratiques en Chine, il encourrait jusqu'à quinze ans de prison. Le dissident aurait annoncé son intention de faire appel. “Liu Xiaobo va passer les onze prochaines années de sa vie en prison alors qu’il n’a fait que défendre la liberté d’expression et participer à la reflexion sur l’avenir politique de son pays avec de nombreux autres intellectuels chinois. C’est une honte. Tout comme le fait d’annoncer un tel verdict le jour de Noël", a déclaré Reporters sans frontières. "Où sont les valeurs universelles de la liberté d'expression que la Chine est censée représenter pendant l’Exposition à Shanghai en 2010 ? Les pressions nationales et internationales pour obtenir la libération du célèbre dissident doivent redoubler de force. La communauté internationale ne doit pas jouer le jeu des autorités chinoises, qui tentent d’étouffer l’affaire en la réglant pendant les fêtes de fin d’année”, a déclaré l’organisation. Arrêté en décembre 2008, Liu Xiaobo a passé près d’un an en prison avant d’être officiellement inculpé de "subversion”, le 12 décembre dernier. Son procès, qui s’est tenu le 23 décembre 2009, a été marqué par une très forte surveillance policière. Des dizaines de journalistes étrangers, de diplomates et de partisans du dissident ont été tenus à l’écart du tribunal. L’épouse de Liu Xiaobo a été empêchée de quitter son domicile pour assister à l’audience. La période des fêtes s’est avérée une nouvelle fois particulièrement dangereuse pour les défenseurs des droits de l’homme chinois. Voir le communiqué précédent. Lancée le 8 décembre, veille du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Charte 08 a été élaborée sur le modèle de celle diffusée en 1977 par des dissidents tchécoslovaques. Plus de trois cents intellectuels et militants des droits de l’homme en sont les signataires originels. Elle compte aujourd’hui plus de dix mille signatures. Lauréat du prix Reporters sans frontières en 2004, Liu Xiaobo, ancien professeur de philosophie à l’université de Pékin, s'est engagé pour faire des médias chinois et d’Internet un contre-pouvoir à l’omnipotence du Parti communiste chinois. Exemples de citations de Liu Xiaobo sur la liberté d’expression.