Actualités

20 septembre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Libération du créateur d'un site d'information sur le sida


20.09.2002 Le 20 septembre, Wan Yanhai a été libéré après avoir confessé qu'il avait divulgué des secrets d'Etat, a rapporté l'agence Chine nouvelle, citant un porte-parole du gouvernement. Le militant pour les droits des victimes du sida et la liberté d'information sur Internet avait disparu le 24 août. Il aurait été arrêté pour avoir fait circuler sur le net un rapport officiel concernant le scandale du sang contaminé dans la province du Henan. Wan Yanhai a été "mis en garde", a indiqué l'agence de presse, sans préciser s'il risquait des sanctions ou d'autres poursuites. ________________________________________________________________ Wan Yanhai, fondateur de l'association Aizhi Action Project et du site www.aizhi.org qui œuvrent depuis 1994 contre la discrimination à l'encontre des victimes du sida et pour la liberté d'information sur Internet, a disparu le 24 août à Pékin. "La disparition de l'animateur de l'un des rares sites indépendants sur le sida est très préoccupante. Si Wan Yanhai est détenu par les services de sécurité pour le contenu des informations publiées sur son site, nous vous exhortons à le libérer immédiatement", a demandé Robert Ménard, le secrétaire général de Reporters sans frontières dans une lettre au ministre de la Sécurité publique, Jia Chunwang. L'organisation a demandé au ministre de permettre à Wan Yanhai d'informer librement sur l'épidémie de sida en Chine. Wan Yanhai a été vu pour la dernière fois le 24 août, dans un café de Pékin où il assistait à la projection d'un film sur l'homosexualité. Selon certains participants, il était suivi par des agents du ministère de la Sécurité publique. Sa femme, Su Zhaosheng, qui vit à Los Angeles, est depuis sans nouvelles de lui. Son association Aizhi Action Project a contribué à faire connaître le scandale du sang contaminé dans la province du Henan (centre du pays), en publiant notamment sur son site Internet les noms de paysans de la province morts du sida après avoir vendu leur sang. Le site, toujours accessible, comporte également des témoignages accablants sur la situation des séropositifs chinois. En juillet dernier, l'université qui hébergeait Aizhi Action Project a fermé les locaux, sans fournir d'explication. L'association a ensuite été interdite. Le 17 juillet, Wan Yanhai cosignait avec 17 autres personnes une "Déclaration des droits des internautes", appelant à la liberté d'expression sur Internet. Début août, Wan Yanhai réaffirmait sa volonté de continuer à informer sur le sida grâce à Internet alors que venait d'entrer en vigueur une loi interdisant la diffusion d'informations sur le sujet. Malgré certaines récentes ouvertures, le sida, notamment dans la province du Henan, est un sujet tabou en Chine. Des dizaines de journalistes chinois et étrangers ont été empêchés d'enquêter sur l'épidémie dans le pays.