Actualités

7 octobre 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Les locaux d’une chaîne de télévision d’opposition ravagés par un incendie


Les locaux de la télévision d’opposition Raajje TV, l’une des chaînes les plus regardées, ont été détruits lors d’un incendie criminel ce lundi 7 octobre. “Reporters sans frontières condamne cet acte criminel qui porte directement atteinte à la liberté de l’information. Nous déplorons l’attitude de la police qui, en dépit de la demande de protection formulée par le directeur de la chaîne quelques heures plus tôt, n’a pas mis en œuvre les moyens nécessaires pour éviter cet incident. Elle doit immédiatement lancer une enquête afin d'arrêter les auteurs de l’incendie et les traduire en justice. Nous appelons les autorités maldiviennes et la communauté internationale à porter assistance à Raajje TV afin de leur permettre de reprendre leur mission de relais de l’information dans les plus brefs délais. Il est du devoir des autorités nationales de fournir des équipements dignes de ce nom pour que Raajje TV puisse travailler de la même manière qu’avant l’incendie”, a déclaré l’organisation. Le feu a été déclenché par un groupe de six hommes masqués et armés de barres de fer et de machettes, très tôt le lundi 7 octobre. Ils se sont introduit dans les locaux, ont fracturé la porte en acier donnant accès aux studios de la chaîne au deuxième étage, avant d’asperger tout le matériel d’essence et d’y mettre le feu. Selon un témoin, le garde de sécurité, blessé, a dû demander à plusieurs reprises l’aide de la police, postée non loin des lieux de l’incident, avant que des agents ne réagissent. D’autres témoins ont tenté de prévenir la police qui n’a répondu à ces appels qu’une fois le bâtiment totalement ravagé. L’incendie a commencé vers 4h45 et n’a été maîtrisé qu’à sept heures du matin. Grâce à l’aide d’autres médias, Raajje TV a recommencé à émettre aux alentours de 13 heures, quelques heures seulement après l’incendie. La chaîne a diffusé l’interview du vice-président de la commission de diffusion des Maldives (MBC), et les enregistrements de vidéo-surveillance montrant l’embrasement des locaux. Toutefois, ses moyens restent très limités, cette solution ne peut être que temporaire. Cette attaque intervient quelques jours après la diffusion par la chaîne d’un rapport intitulé “Forum 15” qui détaillait les menaces d’attaque des locaux de Raajje TV. Le 6 octobre, le directeur de la chaîne, Yamin Rasheed, avait adressé une requête écrite à la police réclamant un dispositif de sécurité renforcé. Sa demande n’a pas reçu de réponse, mais la police qui a confirmé avoir reçu la lettre, déclare aujourd’hui avoir répondu par un renforcement des patrouilles dans le quartier. La nuit précédente, les journalistes de la chaîne avaient couvert les manifestations du parti MDP (Maldivian Democratic Party’s) contre la suspension indéterminée des élections décidée par la Cour suprême le 23 septembre dernier. Lors du transfert de pouvoir en février 2012, la police et la présidence avaient affirmé qu’elles ne souhaitaient plus coopérer avec Raajje TV, qui était banni des conférences de presse du président et privé de la protection de la police lors de manifestations. Déjà en août 2012, des incidents avaient bloqué la diffusion de la chaîne, et en février 2013 Ibrahim Asward Waheed le directeur de l’information, avait été laissé pour mort après une attaque à coups de barre de fer par des assaillants à moto.