Actualités

12 septembre 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Les autorités ordonnent la fermeture de l'organisation internationale Internews


Le 6 juillet 2005, Razhabboi Raupov, journaliste indépendant et correspondant de Radio Free Europe, a été violemment agressé par deux inconnus. Par ailleurs,le 11 juillet le gouvernement ouzbek a menacé Khalida Anarbaeva et Olga Narmuradova, deux membres de l'ONG Internews Network, de six mois de prison.
« Cette décision prouve que les autorités ont planifié une véritable ‘ chasse aux sorcières ', dont le but est de réprimer les voix indépendantes qui subsistent encore en Ouzbékistan. En fermant définitivement Internews, le président Islam Karimov lance clairement un avertissement aux ONG étrangères qui soutiennent la liberté d'expression et qui tentent de poursuivre leurs activités dans le pays », a déclaré Reporters sans frontières. Le tribunal municipal de Tachkent a ordonné, le 9 septembre 2005, la fermeture définitive d'Internews, en utilisant des prétextes fallacieux. L' organisation internationale qui a soutenu le développement de chaînes de télévision indépendantes privées en Ouzbékistan, est notamment accusée d'avoir utilisé son logo sans en avoir demandé l'autorisation préalable au ministère ouzbek de la Justice. Depuis les événements sanglants d'Andijan du 13 mai, le président Islam Karimov n'a cessé de fustiger les ONG étrangères, responsables, selon lui, des révolutions populaires de Géorgie, d'Ukraine et du Kirghizistan. Il y a un an, la fondation George Soros avait également été interdite par les autorités ouzbèkes qui avaient condamné son activité « anti - constitutionnelle ». -------------------------------------------------------------- 5 août 2005 Deux collaboratrices d'Internews condamnées Le tribunal pénal de Yakkasaray à Tachkent a reconnu coupables, le 4 août 2005, Khalida Anarbaeva et Olga Narmuradova, pour avoir réalisé des programmes télévisés sans licence. Elles ont toutefois été grâciées conformément à une amnestie présidentielle. « Cette condamnation est clairement un avertissement à tous les membres d'ONG, notamment étrangères, et à tous ceux qui soutiennent les rares voix indépendantes qui subsistent encore en Ouzbékistan depuis les événements sanglants d'Andijan du 13 mai dernier», a déclaré Reporters sans frontières. Lors de l'annonce du verdict, le juge a déclaré que les poursuites judiciaires à l'encontre d'Internews Network étaient liées au fait que cette organisation « avait commencé à se mêler de politique en Ouzbékistan et de celle du Président.» A l'issue du procès, les dirigeants d'Internews ont annoncé qu'ils feraient appel de la condamnation de leurs deux collaboratrices. Ils dénoncent une affaire politique visant à fermer l'organisation internationale, dont le compte bancaire a été gelé en Ouzbékistan depuis août 2004. - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Une nouvelle agression contre un journaliste, une ONG menacée 13 juillet 2005 Razhabboi Raupov, correspondant de Radio Free Europe, a été violemment agressé le 6 juillet 2005 par deux inconnus à Boukhara. Par ailleurs, le gouvernement ouzbek a menacé le 11 juillet de six mois de prison deux membres d'Internews Network, Khalida Anarbaeva et Olga Narmuradova, et exigé que l'ONG interrompe certaines de ses activités de développement des médias en Ouzbékistan. « Reporters sans frontières est très inquiète de la situation actuelle en Ouzbékistan. Nous sommes réellement consternés par le durcissement croissant de la répression à l'encontre des journalistes ouzbeks. L'agression de Razhabboi Raupov est la cinquième de ce type depuis le début de l'année. De même, nous protestons contre les menaces que font peser les autorités ouzbèkes sur l'aide internationale aux médias locaux. Nous demandons au président Islam Karimov de prendre toutes les mesures nécessaires afin d'assurer une protection accrue des journalistes et pour garantir la liberté d'expression en Ouzbékistan », a déclaré Reporters sans frontières. Razhabboi Raupov a été frappé par deux inconnus à l'aide d'une barre de fer, à proximité de son domicile. Le journaliste a été emmené dans un état critique à l'hôpital du district, où il a subi une opération. Selon les médecins, son état de santé est stabilisé. Le journaliste indépendant, également correspondant de Radio Free Europe, est connu pour ses nombreuses critiques à l'encontre du procureur et du responsable de l'administration locale de Boukhara, publiées dans les journaux nationaux Fidokor, Ishonch et Adolat. Il a tenté de créer dernièrement un nouveau journal indépendant, Shofirkon kuzgusi. Mais le 30 mars, les autorités ont refusé d'enregistrer officiellement la publication, après la sortie du numéro zéro qui comportait de nombreuses critiques envers les autorités du district et notamment à l'encontre d'Akhmad Rakhmanov, chef de l'administration locale. Par ailleurs, le 11 juillet 2005, le gouvernement ouzbek a officiellement accusé les membres d'Internews Network d'avoir rédigé des articles et réalisé des vidéos sans posséder les licences nécessaires. Deux membres d'Internews, Khalida Anarbaeva et Olga Narmuradova, risquent six mois de prison en vertu de l'article 190 (2) b du code pénal. Le ministère de la Justice exige qu'Internews cesse de former des avocats spécialisés dans les médias, ferme son centre de ressources des médias de la vallée de Fergana et stoppe la production de deux programmes d'informations télévisés très populaires. En août dernier, le compte bancaire de l'ONG a été gelé, l'obligeant à suspendre ses activités. Internews Network a commencé ses actions en Ouzbékistan en 1995, en soutenant le développement de chaînes de télévisions indépendantes privées. Depuis 2001, Internews Ouzbékistan a conduit plus de 50 séminaires de formation, destinés à des centaines de journalistes à travers le pays.