Actualités

27 mars 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le seul quotidien indépendant menacé de poursuites


Dans une lettre adressée au ministre de l'Information, Jonathan Moyo, Reporters sans frontières (RSF) s'est inquiétée de ses récentes menaces de poursuivre le rédacteur en chef du journal le Daily News. "En cas de condamnation, le seul quotidien indépendant serait la première victime de la nouvelle loi très répressive sur l'information, promulguée quelques jours à peine après la réélection de Robert Mugabe", a dénoncé Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation. Il a rappelé que le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la liberté d'opinion et d'expression, Abid Hussein, a déclaré à propos de cette loi qu'elle violait "le droit à la liberté d'opinion et d'expression garanti par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auxquels le Zimbabwe est partie". RSF a exhorté le ministre à ne pas mettre ses menaces à exécution. D'après les informations recueillies par RSF, dans un courrier adressé le 25 mars 2002 au rédacteur en chef du Daily News, Geoffrey Nyarota, le ministre de l'Information Jonathan Moyo a menacé de le poursuivre en vertu de la nouvelle loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée si le journal ne publiait pas un rectificatif concernant un article publié le 22 mars 2002. Le Daily News faisait état de la rédaction d'une résolution par l'Union européenne et les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) appelant à organiser un nouveau scrutin présidentiel. Selon l'article 80 de la très controversée loi sur l'information, promulguée le 15 mars 2002, les journalistes reconnus coupables de falsification ou de fabrication d'informations sont passibles d'une peine de deux années de prison et d'une amende de 100 000 dollars zimbabwéens (2 067,39 euros). Geoffrey Nyarota a nié avoir publié des "contre-vérités" et s'oppose fermement à la publication d'un rectificatif au nom de "l'indépendance" du journal. RSF a par ailleurs rappellé que Moses Oguti, rédacteur en chef du magazine Trans-Kalahari, basé au Botswana, a été arrêté le 17 février 2002. Il a été transféré à la prison de Mutare (à l'est de Harare). A la connaissance de RSF, aucun chef d'inculpation ne lui a été notifié. Selon les autorités, il aurait traversé la frontière mozambico-zimbabwéenne illégalement à travers les montagnes, suite à un refus du service des douanes de la localité de Forbes (frontière mozambicaine) de le laisser entrer au Zimbabwe.