Actualités

7 mars 2013 - Mis à jour le 25 janvier 2016

Le prix du Net-citoyen est attribué au blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh


Reporters sans frontières est heureuse de remettre, avec le soutien de Google, le Prix du Net-citoyen 2013 au blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh. Le lauréat a été choisi par plus de 40.000 internautes du monde entier parmi 9 nominés sélectionnés par Reporters sans frontières, au moyen d’un vote sur la chaîne YouTube de RSF du 27 février au 5 mars. La cérémonie de remise du prix aura lieu à Paris le 12 mars prochain, dans les locaux de Google France, à l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure. Huynh Ngoc Chenh est l'un des blogueurs les plus influents au Vietnam. Actuellement, son blog attire environ 15.000 visiteurs par jour mais reste bloqué dans le pays. Ses lecteurs doivent utiliser un logiciel de contournement de la censure (type VPN) pour lire ses articles. Huynh Ngoc Chenh n’hésite pas à critiquer le gouvernement et à défendre la liberté d'expression. Il se concentre sur les questions de la démocratie, des droits de l'homme et les disputes territoriales entre le Vietnam et la Chine en mer orientale. Menacé par les autorités pour ses articles, il a notamment été suivi et placé sur écoute. En dépit de tous les problèmes qu'il rencontre, il continue d'écrire et de répondre aux questions des médias étrangers sur les sujets les plus sensibles au Vietnam. “Ce prix représente beaucoup pour moi, c’est une nouvelle source d’inspiration. C’est aussi et surtout une récompense et un espoir pour les blogueurs et les journalistes indépendants au Vietnam, tous ceux dont le droit à la liberté d’expression est entravé”, se félicite Huynh Ngoc Chenh. “Le soutien de la communauté internationale va nous donner encore plus de courage pour poursuivre notre combat pour la liberté de l’information. Il va tous nous aider à surmonter nos peurs et à nous exprimer plus librement.” Le Vietnam fait partie de la liste des “Ennemis d’Internet” établie par Reporters sans frontières et se situe à la 172e place sur 179 pays dans le dernier Classement mondial de la liberté de la presse publié par l’organisation. Dans leur volonté d’éviter toute déstabilisation du pouvoir en place, les autorités ont redoublé d’efforts ces derniers mois afin de renforcer la surveillance et la censure des contenus “sensibles”. Les acteurs de l’information en ligne, blogueurs et net-citoyens, font face à une intensification de la répression, qui touche aussi leurs proches, victimes de harcèlement et d’intimidations violentes. Le 9 janvier 2013, quatorze dissidents, dont huit blogueurs et citoyens-journalistes, ont été condamnés à des peines allant de trois à treize ans de prison. Avec 31 net-citoyens actuellement derrière les barreaux, le Vietnam est la troisième prison du monde pour les acteurs de l’information en ligne, derrière la Chine et Oman. "Nous sommes très heureux de récompenser un blogueur vietnamien courageux et de reconnaître ainsi l’action des acteurs de l’information en ligne dans un pays marqué par une lourde censure et un renforcement de la surveillance des voix dissidentes. Malgré les risques encourus, les blogueurs et net-citoyens continuent à informer leurs concitoyens. Au Vietnam, ils occupent aujourd’hui la place laissée vacante par les médias officiels, soumis à un contrôle très strict de l’information, et forcés de relayer les prises de position du régime. En abordant des sujets sensibles mais d’intérêt général, Huynh Ngoc Chenh fait avancer la liberté de l’information dans son pays. Il représente un exemple à suivre pour les net-citoyens du monde entier”, déclare Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières. A ce jour, près de 40 pays sont impliqués dans des initiatives de censure de l’Internet. Google a été la première entreprise à publier un rapport de transparence, qui montre les interruptions de flux d’information depuis nos outils et services. Google est par ailleurs membre fondateur de la Global Network Initiative, une organisation multilatérale qui comprend des groupes agissant en faveur des droits de l’homme ou de la liberté de la presse, des investisseurs, des universitaires, et des entreprises dont les membres s’engagent à protéger la liberté d’expression dans le monde. “Nous sommes fiers de soutenir Reporters sans frontières au travers de ce projet important, qui souligne la pression exercée par de nombreux gouvernements du monde contre la liberté d’expression” déclare William Echikson, responsable chez Google de la liberté d’expression pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-orient. “Chez Google, nous constatons chaque jour des menaces à l’encontre de la liberté d’expression. Nos produits - depuis le moteur de recherche ou Blogger jusqu’à YouTube ou Google Docs - ont été bloqués dans plus de 25 des près de 150 pays dans lesquels nous offrons nos services. Les initiatives telles que le prix du Net-Citoyen mettent en avant ceux qui luttent pour soutenir la liberté d’expression en ligne.”. Reporters sans frontières a inauguré pour la première fois en 2008 la Journée Mondiale contre la cyber-censure, dans le but de préserver un Internet unique, libre et accessible à tous. Google s’est associé à Reporters sans frontières en 2010 pour décerner le Prix annuel du Net-citoyen, qui récompense un internaute, un blogueur ou un cyber-dissident qui s’est illustré par ses activités de défense de la liberté d’expression sur le Net. Le lauréat se voit remettre un prix de 2500 euros. Reporters sans frontières rendra public, le 12 mars, l’édition 2013 des Ennemis d’Internet, un rapport spécial dédié à la surveillance en ligne, qui montre du doigt une sélection de pays et d’entreprises.