Actualités

6 août 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le pluralisme de l'information toujours plus menacé


Reporters sans frontières dénonce le sort réservé à l'émission "Sciuscià" du journaliste Michele Santoro. Particulièrement critique à l'égard du gouvernement de Silvio Berlusconi, elle risque de disparaître des programmes en octobre prochain.
A moins que le conseil d'administration de la RAI ne s'y oppose lors de sa convocation le 30 août prochain, l'émission politique du journaliste d'opposition Michele Santoro "Sciuscià" devrait être supprimée des programmes en octobre prochain. Le 19 avril 2002, le chef du gouvernement avait violemment critiqué l'émission de Michele Santoro ainsi que celle d'Enzo Biagi ("Il Fatto") et exigé implicitement le départ de ces deux journalistes. Reporters sans frontières dénonce le sort réservé à cette émission particulièrement critique à l'égard du gouvernement de Silvio Berlusconi, et considérera, dans le cas où cette suppression serait confirmée, qu'il s'agit d'une volonté délibérée de ce dernier de mettre au pas la télévision publique. Reporters sans frontières rappelle que les trois télévisions publiques de la RAI jouent un rôle fondamental pour maintenir le pluralisme de l'information audiovisuelle en Italie alors que Silvio Berlusconi contrôle, via Mediaset, trois principales chaînes privées nationales du pays. Or Silvio Berlusconi et le nouveau conseil d'administration de la RAI, désigné par la nouvelle majorité parlementaire en février 2002, multiplient les pressions sur les journalistes jugés critiques envers le gouvernement. Reporters sans frontières a demandé à deux reprises à être reçue par Silvio Berlusconi pour évoquer les menaces qui pèsent sur le pluralisme de l'information en Italie, et est intervenue à sept reprises auprès des autorités italiennes en 2001 et 2002 pour dénoncer des atteintes à la liberté de la presse. L'organisation n'a jamais reçu de réponse et déplore le refus de dialogue du chef du gouvernement italien avec les organisations de défense des droits de l'homme.