Actualités

6 mai 2010 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le journaliste Ruwan Weerakoon libéré sous caution


Reporters sans frontières prend acte de la libération sous caution le 6 mai 2010 du journaliste d'opposition Ruwan Weerakoon. Le juge Champa Janaki Rajaratna a ordonné que le journaliste soit relâché, mais son passeport sera confisqué et il devra se présenter chaque semaine à la police. ___________________________________________________________________ 18 mars 2010 Un journaliste proche de Sarath Fonseka arrêté par la police antiterroriste (TID) sans motif Reporters sans frontières dénonce l'arrestation d'un journaliste proche de Sarath Fonseka, ancien chef des armées et principal opposant du président récemment réélu Mahinda Rajapaksa. L'organisation demande au gouvernement sri lankais de libérer de façon immédiate ce journaliste. "Nous sommes indignés par l'arrestation de Weerakoon. Ce que nous craignions est vraiment arrivé. Cette poursuite judiciaire fait partie de la chasse aux sorcières contre les proches et les partisans du général Fonseka, actuellement en détention. Il s’agit d’un nouveau dérapage de la police et de la justice dans la répression des voix de l’opposition", a déclaré l'organisation. "Il y a un mois seulement, le président Mahinda Rajapaksa a donné ordre à la police de l'informer personnellement avant toute arrestation du personnel de médias. Nous demandons à savoir si le consentement présidentiel a été obtenu avant l'arrestation de ce journaliste", a ajouté Reporters sans frontières Ruwan Weerakoon, arrêté cette semaine, écrivait régulièrement pour le quotidien The Nation, le journal The Bottom Line, et le site Asia Tribune. En qualité de correspondant défense, il avait entretenu des liens étroits avec Sarath Fonseka lorsque celui-ci dirigeait l'armée lors de la phase finale du conflit contre le rébellion séparatiste des Tigres tamouls en mai 2009. Le 18 mars 2010, cinq organisations de médias se sont insurgées dans un communiqué commun contre cette arrestation. "Nous demandons à l'inspecteur général de police de dévoiler les motifs de son arrestation et de sa détention et de faire en sorte qu'il reçoive immédiatement une aide légale", ont-elles déclaré dans le communiqué. Avant son arrestation, Ruwan Weerakoon était hospitalisé, sous la garde de la police, après avoir été victime d’un accident cardiaque en raison des pressions dont il est l’objet depuis plusieurs semaines.