Actualités

4 juin 2008 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le journaliste Ahmad Rafat déclaré persona non grata : Reporters sans frontières écrit au président Jacques Diouf


Dans une lettre adressée au président de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) Jacques Diouf, Reporters sans frontières a demandé des explications sur l'annulation le 3 juin 2008 des accréditations du journaliste Ahmad Rafat, directeur adjoint de l'agence de presse Adnkronos International et correspondant de Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), et l'inscription sur la liste des persona non grata au sommet de Rome. Dans une conversation téléphonique le 4 juin 2008 avec Reporters sans frontières, Ahmad Rafat a confirmé qu'il s'était présenté le 3 juin 2008 au sommet de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture muni des accréditations qu'il utilisait depuis l'ouverture des travaux de la conférence internationale. Les services de sécurité de la FAO, appuyés par la police italienne, lui ont refusé l'accès et lui ont demandé de leur remettre ses accréditations. « Il est étrange qu'un journaliste officiellement accrédité soit contraint de remettre ses documents parce qu'il ne partagerait pas les opinions de certains participants au sommet. Il est par ailleurs très surprenant que votre organisation ait déclaré persona non grata un journaliste accrédité, alors qu'elle a autorisé la présence du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, qui n'est en théorie pas autorisé à se rendre sur le territoire de l'Union européenne», a écrit Reporters sans frontières. « Nous vous demandons d'ouvrir une enquête interne dans les plus bref délais afin de déterminer les motifs de cette décision », a ajouté l'organisation dans sa lettre. Aucune explication n'a été fournie par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture pour justifier cette décision. Mais pour Ahmad Rafat, cette décision a été prise sur la base de pressions exercées par le gouvernement iranien qui n'aurait pas apprécié les articles qu'il consacre depuis des années à la situation des droits de l'homme en Iran. Ahmad Rafat a également confirmé que les autorités de la FAO l'ont contacté dans la soirée du 3 juin 2008 pour lui proposer de récupérer ses accréditations dès l'ouverture de la session du 4 juin. Le journaliste a refusé de récupérer ses autorisations tant que la direction de la FAO n'aura pas expliqué clairement et publiquement les raisons de ce refus temporaire et son « classement comme persona non grata » au sommet.